Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi diable SAP a-t-il installé son nouveau centre d’innovation à Potsdam ?

Le géant allemand du progiciel de gestion a inauguré, le 12 février, un centre d’open innovation et de design thinking à Potsdam, à l’est de Berlin ! Au milieu de la forêt… Mais pas tout à fait au milieu de nulle part.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi diable SAP a-t-il installé son nouveau centre d’innovation à Potsdam ?
Pourquoi diable SAP a-t-il installé son nouveau centre d’innovation à Potsdam ? © Aurélie Barbaux - L'Usine Nouvelle

Il y a de bonnes et de moins bonnes raisons pour que SAP ait installé son nouveau centre d’innovation ouverte à Potsdam, jolie ville historique à l’est de Berlin. Écrin de verre dédié au design thinking, le SAP Innovation Center, inauguré officiellement le 12 février dernier, est en fonction depuis septembre 2013 et accueille aujourd’hui 60 personnes, pour la plupart fraîchement embauchées, mais peut en accueillir 150.

Destiné à moderniser les interfaces utilisateur des progiciels de gestion, mais surtout à développer de nouvelles applications tirant partie de la nouvelle base de données temps réel HANA, ce nouveau centre d’innovation est niché au cœur de la forêt, près d’un étang. Un très beau site - même en plein hiver - à 9 km du coeur de Potsdam et une quarantaine de Berlin.

Proximité des universités et de Berlin

Un lieu un peu isolé pour un centre d’innovation ouverte ? Clairement. Mais chez SAP, on n’en démord pas. Potsdam est au coeur d’une des régions les plus denses en universités d’Allemagne, premiers partenaires d’innovation ouvertes pour l’éditeur. De plus, Berlin, et son écosystème naissant de start-up high-tech, est à proximité.

Sur la route, l’américain Paypal est installé. Et puis, qu’importe l’isolement. Ce centre fait partie d’un réseau de 50 laboratoires de R&D de SAP, répartis dans le monde, avec plus de 2 500 chercheurs. Et pour échanger avec des start-up, l’allemand compte sur ses nouveaux HANA Café qu’il ouvre au coeur des villes et où, il l’espère, les geeks du coin viendront échanger leurs bonnes idées. Les premiers ont ouvert à Palo Alto dans la Silicon Valley, et à Shanghai. D’autres devraient suivre à Pékin, New Delhi... et Berlin.

Le fief de Hasso Plattner, le fondateur

Mais si le centre est basé à Potsdam, c’est surtout parce qu’il fallait de l’espace pour créer un bâtiment correspondant aux nouvelles aspirations de Hasso Plattner, président fondateur de SAP, en 1972. L’idée vient de lui. C’est lui qui voulait des salles de créativité, mais aussi de détente ou d’isolement pour permettre de sortir de la boîte ! En un mot d’innover à la mode californienne.

Et c’est aussi à cause de lui si le SAP innovation center est installé à Potsdam, et pas à Walldorf, siège historique de l’entreprise. Hasso Plattner vit ici. C’est là qu’il a installé son Hasso Plattner Institute, qui forme au design thinking, technique de création en rupture développée par l’agence de design californienne Ideo, et basée sur l’observation des usages et l’exploration d’idées tous azimuts. Et le terrain est, semble-t-il, à lui depuis un moment !

Inspiration Google

Mais dans son discours d’inauguration, le fondateur ne s’est pas contenté de s’auto-congratuler. Il a pointé la faiblesse du design allemand qui sait faire de bons produits bien trop compliqués. Il a aussi taclé les interfaces désuètes des logiciels SAP... et donné à l’entreprise et ses dirigeants présents, en commençant par Bill McDemott le co-PDG, un an pour toutes les réviser ! C’est qu’à l’heure du smartphone, les utilisateurs ne supportent plus les interfaces mal faites. Hasso Plattner a d’ailleurs cité à plusieurs reprises Google comme modèle, notamment pour sa capacité à innover dans toutes les directions. Reste que si le SAP Innovation Center dispose bien d’une salle de jeu avec balancelles individuelles et baby-foot, de salles de convivialité avec tapis moelleux et fauteuil design chaleureux, on est loin des espace accueillant et ludique de Google, à son siège, comme dans ses centres d’innovation.

Mais Hasso Plattner l’a reconnu : "notre métier n’est pas de construire des bâtiments". Cela n’empêche pas d’essayer, avec un peu de succès quand même. 550 personnes, dont une quarantaine de journalistes du monde entier, ont fait le déplacement pour le vérifier.

Aurélie Barbaux

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale