Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi le code ne peut pas faire la Loi

Non, le numérique ne change pas tout. Non, le digital ne dévore pas toutes les anciennes "règles de vie" que les sociétés modernes et libres se sont données. C'est ce qu'a voulu rappeller Sigmar Gabriel, le ministre allemand de l'Economie, en rappellant à Eric Schmidt, de Google, que les droits fondamentaux "pensés à l'heure analogique" demeuraient les mêmes à l'heure numérique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi le code ne peut pas faire la Loi
A l’heure numérique, les droits fondamentaux ne changent pas. La manière de les exercer et de les protéger oui. © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

"La constitution et les droits fondamentaux de notre pays sont peut-être issus de l'âge analogique mais ils valent aussi pour le numérique." Cette phrase, c'est Sigmar Gabriel, le ministre allemand de l'Economie, qui la sert à Eric Schmidt, le président exécutif de Google en tournée en Europe. Elle est révélatrice de la méfiance des dirigeants d'outre-Rhin vis à vis de la toute-puissance des géants américains du web mais elle signifie beaucoup plus. A l'heure où certains pensent que coder, c'est légiférer (comme si le langage informatique était une nouvelle forme de législation), la mise au point est bienvenue. Elle rappelle qu'il y a des lois intangibles sur lesquels les femmes et les hommes vivant en pays libre ne sont pas prêts à transiger. Et que la nature des révolutions technologiques qui se succèdent n'y change rien.

A lire aussi "The New Digital Age", l'avenir du web vu par le patron de Google

 

Numérique ou pas, la liberté et le respect de la sphère privée (la "privacy" comme le disent les anglophones) constituent des valeurs auxquels chacun est attaché. Certains rétorqueront que la plupart des gens (et singulièrement les jeunes) livrent leurs data volontairement. Mais en ont-ils vraiment conscience ? Sans doute pas. Soyons honnête : très peu sont ceux qui lisent les conditions générales d'utilisation des réseaux sociaux ou des moteurs de recherche. Et c'est généralement à ses dépens, comme dans la fable de La Fontaine, que l'on apprend que l'on s'est un peu trop livré. Ainsi, cette conversation surprise dans le métro d'une jeune fille annonçant à une amie qu'elle ne pourrait finalement pas louer l'appartement qu'elle désirait car sa logeuse avait découvert sur sa page Facebook des photos de soirées trop agitées à son goût. Ou cette expérience troublante de voir arriver dans sa boite mail un message d'une enseigne de distribution vous proposant d'acheter le produit que vous cherchiez très précisément 10 secondes plus tôt sur Google.

Mettre à jour les logiciels fiscal, social et gouvernemental

Les technologies numériques permettent de faire beaucoup. Elles traquent (ou tracent) les comportements de chaque consommateur via des batteries d'historique de recherche (sur Amazon il y en a au moins trois) ou en utilisant les algorithmes de reciblage publicitaire (celui du français Criteo par exemple). Elles peuvent aussi se jouer (aujourd'hui en tout cas) facilement des lois, règlements et frontières créés pour un monde analogique.

Face à cela, à l'image des allemands, les Etats doivent reprendre la main et hausser le ton. Afficher en tout cas une attitude plus offensive. Leur premier chantier étant de mettre à jour leurs "logiciels" fiscal, social et gouvernemental. A l’heure numérique, les droits fondamentaux ne changent pas. La manière de les exercer et de les protéger oui.

Thibaut De Jaegher

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

3rror
22/11/2014 23h21 - 3rror

Je pense que nous allons vers une société régie par algorithme, c'est pas un mal. Par contre un bon nombre de lois d'Etat, de lois de gouvernements vont être caduques.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale