Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi Microsoft investit 70 millions d'euros dans la French Tech

Analyse Le CEO de Microsoft, Satya Nadella, a rencontré le Président de la République le 9 novembre. Il s'est engagé à investir 70 millions d'euros dans l'écosystème French Tech et 13 millions d'euros dans le plan national pour le numérique à l'école. Une stratégie qui vise à démocratiser l'offre cloud et machine learning de l'entreprise.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi Microsoft investit 70 millions d'euros dans la French Tech
Pourquoi Microsoft investit 70 millions d'euros dans la French Tech © Elysée - Instagram

Satya Nadella, le CEO de Microsoft, s’est entretenu en tête-à-tête avec François Hollande le 9 novembre. Pour sa deuxième visite en France après un premier déplacement en novembre 2014, le patron de Microsoft a annoncé un investissement de 70 millions d'euros sur trois ans dans les start-up de la French Tech.

 

Cette initiative arrive quelques jours après l'annonce par Cisco qu'il doublerait ses investissements dans l'écosystème numérique français. Mais là où Cisco souhaite se positionner sur la cybersécurité et les smart cities, Microsoft s'intéresse de son côté au cloud et au machine learning. Son investissement se fera au travers de la mise à disposition de ses logiciels et services, et en particulier ceux liés à l'analyse et au traitement des données. L'objectif ? S'assurer que les acteurs innovants de demain s'appuieront sur ses produits. Un effort qui suit la voie tracée par Satya Nadella lors de sa prise de poste – faire de Microsoft une entreprise "cloud first, mobile-first" – et confirme l'enjeu majeur à venir autour des technologies liées à l'intelligence artificielle.

 

Démocratiser son cloud et le machine learning

L'investissement prendra aussi la forme d'une aide au développement commercial, via des ateliers et des journées de rencontres de client ou d'investisseurs. Environ 300 start-up en bénéficieront dès cette année au sein des 10 accélérateurs partenaires à Paris et en régions, dont Microsoft Ventures, Numa (Paris), Euratechnologies (Lille), Axeleo (Lyon) ou Bordeaux Technowest. Historiquement, Microsoft France soutient les start-up françaises depuis 2005 grâce au programme Idées, d'abord créé en France avant de devenir mondial sous le nom de BizSpark. Plus de 2 000 start-up ont été soutenues par ce programme. C'est aussi à Paris que Microsoft a testé son concept d'incubateur Spark en 2013.

 

Microsoft a par ailleurs annoncé un investissement de 13 millions d'euros en partenariat avec le Ministère de l'Education nationale pour le Plan Numérique à l'Ecole. Les détails du partenariat seront dévoilés lors de sa signature officielle le 26 novembre prochain.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

3 commentaires

grimuald
10/11/2015 18h24 - grimuald

Mais DEHORS Micro$oft ! Il impose son OS illégalement en imposant une vente liée sur tous les ordinateurs. Il a fait son empire (quasi monopole) en forçant les constructeurs, en empechant la séparation du matériel et du logiciel. Il fabrique de l'obsolescence en exigeant des capacités puissance de machines de plus en plus importantes alors que pour la très grande majorité des gens ces capacités sont inutiles. La preuve une machine de quelques années rame avec les logiciels Micro$oft actuels. Pour si peu de fonctionnalités nouvelles.... Micro$oft dans l'Education nationale pour habituer le plus tôt possible les enfants à ses produits - génial et légèrement propagandiste... pourquoi ne pas laisser les marchands de tabac en faire autant, d'alcool de sucre ...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Liberté
04/01/2016 15h08 - Liberté

J'adhère totalement au point du vue. Comment des ministres peuvent ils prendre des décisions aussi scandaleuses après les écoutes de la NSA, Snowden et l'espionnite aiguë de Windows 10?

Signaler un abus

Firebird_X99
20/01/2016 14h56 - Firebird_X99

@Grimuald Si on peut s'interroger sur de possibles alternatives au status quo, vos propos prouvent que vous ne savez vraiment pas de quoi vous parlez et que vous exprimez une opinion irrémédiablement biaisée - pour une raison que j'ignore - contre cet éditeur particulier. Sans rentrer dans les détails, vous mentez ouvertement en affirmant que Microsoft "fabrique de l'obsolescence" car au contraire, chaque version de son OS cherche à s'alléger par rapport aux précédents. Windows 8 demande par exemple moins de ressources que Windows 7, et Windows 10 demande moins de ressources que Windows 8. Windows 10 peut aujourd'hui tourner sur une Raspberry Pi. Et les fonctionnalités nouvelles (que ce soit dans Windows, Office, Azure...) sont aussi au rendez-vous. Autre point, Microsoft imposerait son OS aux vendeurs de matériel... D'où vient cette info exactement ? Acer, Lenovo, Dell ou HP ne proposent pas de matériel sous Linux/Android par hasard ? (La réponse est si, ils en proposent). D'ailleurs, vous parlez de propagande, mais Microsoft est loin d'être en pointe au niveau de l'habitude des enfants à ses produits. Apple en a toujours été le champion (comptez le nombre de Macbook dans les universités), et Google redouble d'efforts à ce sujet depuis des années avec ses Chromebooks, qui ne servent d'ailleurs véritablement qu'à ça : capturer les enfants dès la maternelle dans l'écosystème made in Mountain View. Bref, vous nous sortez un tissu d'anneries et n'avez pas proposé d'alternative, merci donc de votre commentaire, il fut très utile. Cela vaut aussi pour @LIBERTE au passage, qui n'a aucune compréhension non plus de ce qu'il raconte (W10 n'espionne pas les utilisateurs, surtout comparé à Android ou iOS), et qui ne semble pas au courant de l'opposition farouche de Microsoft au gouvernement américain, qui risque d'aller jusqu'à la cour suprême des Etats-Unis. Microsoft a déjà bien des fautes, inutile d'en rajouter des imaginaires.

Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale