Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi Toshiba cèderait ses capteurs d’image à Sony

Ebranlé par un scandale financier, le groupe japonais de l’électronique Toshiba est contraint de vendre ses capteurs d’image à son compatriote Sony. Une opération qui vise à renflouer ses comptes.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi Toshiba cèderait ses capteurs d’image à Sony
Pourquoi Toshiba cèderait ses capteurs d’image à Sony © Toshiba

Le marché des capteurs d’image comptera peut-être un acteur de moins et pas des moindres : Toshiba. Le géant japonais de l’électronique aurait décidé d’en sortir en cédant son activité dans ce domaine à son compatriote Sony, rapporte The Japan Times. L’opération, qui reste à confirmer officiellement dans les jours à venir, se monterait aux environs de 20 milliards de yens, l’équivalent de 156 millions de dollars.

 

Toshiba hors course

Les capteurs d’image jouent le rôle d’œil électronique dans une multitude de produits numériques, depuis les appareils photo jusqu’aux systèmes de contrôle industriel par vision, en passant par les smartphones, les tablettes, les webcams, les caméras de vidéosurveillance, les scanners ou encore les endoscopes médicaux. Toshiba en est l’un des fabricants historiques sur deux technologies : CCD et Cmos. Mais il ne semble plus aujourd’hui en mesure de tenir la course avec les trois leaders mondiaux qui dominent le marché : Sony, Samsung et OmniVision.

 

Sur le segment des imageurs Cmos, qui représente l’essentiel du marché (84% selon IC Insights), Toshiba pointe à la septième place en 2014, avec seulement 4%, selon Yole Développement. Sony domine le marché avec 27%, suivi par Samsung (19%) et OmniVision (17%). En reprenant l’activité de son compatriote, il conforte son leadership.

 

Pertes en 2014

Cette transaction arrive dans un contexte difficile pour Toshiba. Ebranlé par un scandale financier (maquillage des comptes pour cacher les pertes dans la télévision et la micro-informatique), le groupe nippon est contraint de faire le ménage dans ses activités déficitaires, de la télévision aux composants électroniques, en passant par la micro-informatique. Sur le dernier exercice fiscal clos le 31 mars 2015, il déplore une perte 37,8 milliards de yens. C’est pour renflouer ses comptes qu’il a recentré ses PC sur le marché des entreprises, s’est retiré de la télévision en Europe et en Amérique du Nord et s’apprête maintenant à vendre ses capteurs d’images à Sony.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale