Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Projet Santa Cruz, baisse de prix du Rift, refonte logicielle : Oculus riposte à Microsoft

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vidéo Oculus ne reste pas les bras balants face à la concurrence imminente et massive de l'écosystème Microsoft. Baisse de prix de l'Oculus Rift, refonte en profondeur des menus et systèmes, arrivée en 2018 d'un casque tout-en-un haut de gamme, partenariats avec des développeurs de renom... Retour en détails sur la riposte d'Oculus.

Projet Santa Cruz, baisse de prix du Rift, refonte logicielle : Oculus riposte à Microsoft
Projet Santa Cruz, baisse de prix du Rift, refonte logicielle : Oculus riposte à Microsoft © Oculus

Oculus n'a pas été avare en annonces lors de sa conférence Oculus Connect 4, le 11 octobre 2017. Il y a dévoilé Oculus Go, un casque à 199 dollars destiné à démocratiser la réalité virtuelle, ainsi qu'Oculus for Business, un programme à destination des entreprises et autres clients professionnels. Mais la majeure partie de la keynote d'ouverture a été dédiée à l'Oculus Rift, son produit phare, ainsi qu'au projet Santa Cruz, un casque haut de gamme fonctionnant sans PC ni capteurs. Dans les deux cas, le ton des annonces a fait figure de contre-attaque face aux développements récents de ses concurrents, et notamment de Microsoft.

 

Il faut dire que l'éditeur de Windows se livre à un assaut massif sur le marché de la réalité virtuelle grand public. Il lancera le 17 octobre pas moins de cinq casques VR avec ses partenaires, dont Samsung, qui était jusqu'à peu le partenaire exclusif d'Oculus sur le Gear VR. L'élément distinctif des casques de l'écosystème Microsoft est l'absence de capteurs externes, les appareils se reposant sur deux caméras frontales pour calculer leur position dans l'environnement. Microsoft a beaucoup mis ce point en avant, et cette conférence a été l'occasion pour Oculus de riposter.

 

Les contrôleurs du projet Santa Cruz dévoilés

Le pionnier de la réalité virtuelle travaille aussi de son côté sur un système de positionnement intégré au casque. Il en avait déjà fait la démonstration l'année dernière, lors d'Oculus Connect 3. Le projet a bien avancé depuis, et s'il n'a pas encore de vrai nom ("Santa Cruz" n'étant qu'un nom de code), l'entreprise a d'ores et déjà annoncé qu'il serait disponible auprès des développeurs courant 2018. Oculus en a aussi révélé un peu plus sur les caractéristiques techniques de l'appareil. On sait qu'il utilise une puce mobile, mais pas laquelle. Ses performances sont cependant plus proches de celles d'un smartphone que d'un PC. Par contre, contrairement à Oculus Go, il permet bien un suivi des mouvements sur six axes, à la fois pour le casque et pour les contrôleurs. Quant à son ergonomie et son confort, ils sont basés sur le Rift mais ont été améliorés.

 

 

Les contrôleurs, justement, ont été dévoilés à cette occasion. Ils sont basés sur ceux du Rift, les Oculus Touch, mais ont été modifiés pour accommoder l'aspect tout-en-un de Santa Cruz. L'anneau de LEDs infrarouges (qui permettent aux caméras de connaître leur position) se trouvent désormais vers le haut. Ce changement a nécessité d'abandonner le stick analogique au profit d'un pad tactile. Deux boutons de façade ont aussi disparu, chaque contrôleur n'en conservant que deux au lieu de trois. La gâchette et le bouton latéral pour saisir des objets sont en revanche toujours présents, et leur ergonomie a été améliorée.

 

 

Double stratégie pour les casques tout-en-un

Autre point de détail qui a son importance : le casque Santa Cruz utilise quatres caméras pour se repérer, au lieu de deux pour les casques de Microsoft. Si Hugo Barra, le patron de la VR chez Facebook, n'a pas nommé la concurrence, il a bien insisté sur le fait que ces deux capteurs supplémentaires permettent de suivre les mouvements des contrôleurs dans un plus grand espace, y compris au-dessus de la tête de l'utilisateur. Le suivi de ce type de mouvements est justement la faiblesse des contrôleurs de Microsoft.

 

 

A noter que l'éditeur de Windows n'est pas le seul concurrent auquel Santa Cruz fait du tort. Google a récemment annoncé ses propres casques tout-en-un, conçus par ses partenaires Lenovo et HTC. Ils disposent de capteurs intégrés qui leur permettent un suivi des mouvements sur six axes... mais sont accompagnés d'un contrôleur basique qui ne fonctionne, lui, que sur trois axes. Cette contradiction handicape l'offre de Google, à laquelle Oculus compte opposer deux produits : Oculus Go avec des fonctionnalités simples et un prix réduit, et Santa Cruz qui fournira une expérience supérieure, vraiment libre, mais avec un prix élevé.

 

Le prix du Rift redescend à 449 euros

Ces projets de casques tout-en-un n'ont pas fait oublier le marché PC à Oculus. Il a commencé par annoncer que le prix du pack "Rift et Touch" allait rester fixé à 449 euros (au lieu de 549 euros). Le Rift a vu ses ventes fortement augmenter cet été lors de la promotion "Summer of Rift", et Oculus a décidé de s'en tenir à ce prix. Cela représente une ristourne considérable par rapport aux 900 euros que coûtaient le casque et les contrôleurs en décembre 2016. Un delta qu'Oculus peut se permettre grâce au porte-feuille bien garni de Facebook. La justification reste la même : l'objectif est de monétiser les ventes de logiciels, pas le matériel.

 

Le danger posé par les casques très abordables de Microsoft n'est évidemment pas anodin dans cette histoire. L'Oculus Rift coûtera désormais le même prix qu'un casque Acer, mais avec une finition matérielle et une richesse d'applications incomparable. En baissant son prix de la sorte, Oculus a donc tout bonnement neutralisé la concurrence.

 

Une interface utilisateur revue et corrigée

Même chose pour les fonctionnalités mises en avant par Microsoft avec Windows Mixed Reality. Nate Mitchell, l'un des cofondateurs d'Oculus, a présenté sur scène une refonte complète de l'interface utilisateur. L'ancien menu 2D basique a disparu, remplacé par Oculus Dash. Il s'agit d'une interface 3D conçue spécifiquement pour la réalité virtuelle et pour les contrôleurs Touch. Elle fonctionne dans n'importe quelle application VR et permet aussi d'interagir avec n'importe quelle application classique de l'ordinateur. Il est possible d'ouvrir et de fixer une ou plusieurs fenêtres à sa guise dans un environnement virtuel. "Nous sommes sur le chemin qui va nous mener à la mort des écrans d'ordinateurs", a déclaré Nate Mitchell. Et il l'a prouvé en expliquant que les développeurs d'Oculus ont débuggé Oculus Dash dans Visual Studio... ouvert à l'intérieur d'Oculus Dash.

 

 

Pour accompagner ce nouveau menu, l'environnement d'accueil Oculus Home a aussi subi une refonte complète. Il est désormais possible d'y naviguer et il est entièrement configurable. On peut y inviter des amis, y laisser des messages aux visiteurs, y afficher des trophées gagnés dans les jeux ou s'y livrer à tout un tas d'activités simples. Les avatars ont aussi été revus à la hausse avec un réalisme accru. Des espaces partagés verront également le jour un peu plus tard. Cette refonte sera disponible à tous les utilisateurs en version beta au mois de décembre.

 

 

Un Nouveau jeu conçu Par Respawn

Pour cloturer sa keynote, Oculus a fait le point sur le contenu. Son financement de l'écosystème au travers de partenariats avec les développeurs s'avère un succès, comme l'a prouvé Lone Echo, son hit de l'année. En réponse à ce succès, deux extensions ont été annoncées : Echo Combat, un mode de combat multijoueurs qui sortira l'année prochaine, et une suite à la campagne solo de Lone Echo dont l'échéance n'a pas été précisée. Le jeu d'e-Sport Unspoken aura aussi droit à sa campagne solo cet hiver, baptisée "Acolytes".

 

 

D'autres titres ont aussi été mis en avant, comme Onward, qui arrivera le mois prochain sur l'Oculus Store ; Marvel Powers United VR, qui met en scène les Avengers; la série Stranger Things de Netflix, qui aura droit à un chapitre au sein de l'application Face your Fears ; ou Space Explorers, le prochain film du studio Félix & Paul sur l'entraînement des astronautes américains. Disney Pixar va également lancer Coco VR, une expérience sociale basée sur son prochain film d'animation. La dernière annonce a été celle d'un partenariat avec Respawn Entertainment, le studio à l'origine des jeux Titanfall, mais dont les membres ont aussi auparavant créé les séries Call of Duty et Medal of Honor. Ils travaillent sur un "jeu de guerre" exclusif dont la sortie est prévue pour 2019.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale