Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Publicité en ligne : L'industrie de l'adtech, Google en tête, accusée de violer le RGPD

Plusieurs organisations européennes de défense de la vie privée ont déposé des plaintes contre Google et l'IAB, une association professionnelle qui représente les acteurs de l'adtech. Elles accusent ces entreprises de violer le RGPD en recourant aux enchères publicitaires en temps réel (RTB). Les requérants espèrent ainsi mettre un terme à ces pratiques "nuisibles et illégales".  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Publicité en ligne : L'industrie de l'adtech, Google en tête, accusée de violer le RGPD
Publicité en ligne : L'industrie de l'adtech, Google en tête, accusée de violer le RGPD © PhotoMIX-Company/Pixabay

Un ensemble de plaintes a été déposée devant six autorités de protection des données de l'Union européenne contre Google et l'Interactive Advertising Bureau (IAB), une organisation professionnelle qui regroupe 650 acteurs de la publicité sur Internet.

Ces procédures sont portées par l'Asociatia pentru Tehnologie si Internet (ApTi) en Roumanie, J3 - Defesa dos Direitos Digitais au Portugal, GONG en Croatie, la Fondation mondiale pour la dignité humaine à Malte, l'Homo Digitalis en Grèce et l’Institut d’information de Chypre. Elles sont coordonnées par un consortium dirigé par la Civil Liberties Union for Europe, l'Open Rights Group et la Fondation Panoptykon.

Le RTB violerait le RGPD
Dans leurs plaintes respectives, ces organisations affirment que le recours au "Real Time Bidding" (RTB) par ces entreprises viole la réglementation sur les données personnelles. Cette pratique consiste à mettre en concurrence en temps réel des annonceurs pour afficher une publicité sur une page web selon le profil ou le comportement de l'internaute. Cette technique publicitaire peut conduire à l'envoi de données sensibles car elle consiste justement à envoyer de façon permanente des informations sur le visiteur.

"Les enchères en temps réel, qui sont à la base de l'industrie de la publicité en ligne, violent le droit des personnes à la vie privée", explique Orsolya Reich, Advocacy Officer de la Civil Liberties Union for Europe, dans un communiqué. "Le RGPD est en place depuis 2018 et il est précisément là pour donner aux gens un droit de regard sur ce qu'il advient de leurs données en ligne", poursuit-elle.

Regrouper les procédures pour peser davantage
Le consortium demande une enquête conjointe de leurs autorités de protection des données respectives et que les régulateurs se joignent aux enquêtes en cours en Irlande et en Belgique. "Une enquête conjointe est nécessaire ici, car les enchères en temps réel fonctionnent de la même manière au-delà des frontières et produisent les mêmes effets négatifs dans tous les États membres de l’UE", expliquent les organisations.

En mai 2019, la Data Protection Commission (DPC) – l'équivalent de la Cnil en Irlande – a ouvert une enquête sur les pratiques publicitaires de Google. L'Autorité de protection des données (APD) belge travaille également sur ce sujet. Dans un rapport publié en novembre dernier, elle a conclu que le Transparency & Consent Framework (TCF), une norme dans le secteur publicitaire en ligne qui est utilisée pour obtenir une autorisation concernant les traceurs publicitaires, viole le RGPD.

L'IAB rejette ces accusations
L'IAB a réagi à ces plaintes en rejetant toute responsabilité. Sa ligne de défense est d'affirmer que son organisation ne peut être qualifiée de "responsable de traitement de données à caractère personnel", condition essentielle à l'application du RGPD car c'est lui qui détermine les moyens et les finalités du traitement des données.

"Il n'y a pas d'objectif de confidentialité ou de protection des consommateurs à atteindre en attaquant une association professionnelle, en particulier le seul organisme à avoir développé avec succès une norme de bonnes pratiques permettant une plus grande conformité au RGPD", rétorque l'organisation professionnelle.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media