Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Quel est le profil type d'un professionnel de la cybersécurité ?

Étude Les métiers de la cybersécurité connaissent encore un taux très faible de féminisation et requièrent un diplôme ou un niveau de qualification supérieur ou égal à bac+5, d'après une enquête menée par l'Anssi. Le marché "caché" est la principale porte d'entrée dans ce secteur où les offres d'emploi sont majoritairement situées en Ile-de-France. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Quel est le profil type d'un professionnel de la cybersécurité ?
Quel est le profil type d'un professionnel de la cybersécurité ? © Bibhash/Unsplash

L'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), en partenariat avec la Délégation général à l'emploi et à la formation professionnelle et l'Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes, vient de publier une étude sur le marché ouvert de la cybersécurité en France.

Les résultats sont issus de l'agrégation d'offres d'emploi publiées sur Internet (15 665 offres) en 2019 et les réponses à un questionnaire proposé aux acteurs du secteur entre le 30 mars et le 17 avril 2021. 2381 personnes y ont répondu.

Des métiers encore peu féminisés
Sans grande surprise, les professionnels de la cybersécurité sont à 90% des hommes avec un taux de féminisation plus marqué dans les structures spécialisées. Ils se concentrent dans les classes d'âges comprises entre 30 et 49 ans. En revanche, les structures spécialisées sont marquées par une proportion plus forte des moins de 30 ans atteignant près de 30%, soit 10 points de plus que dans les structures non spécialisées.

De plus, les professionnels sont très qualifiés : plus de trois quart d'entre eux possèdent un diplôme ou un niveau de qualification supérieur ou égal à bac+5. Quant aux domaines d'expertise, les répondants sont pour près de la moitié spécialisés en informatique/numérique et en cybersécurité pour un tiers d'entre eux.

Plus de la moitié des professionnels de la cybersécurité travaillent en Ile-de-France, région où se trouvent 46% des offres d'emplois. Un peu plus du quart se concentrent sur 4 régions : Bretagne, Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle Aquitaine.

Le poids des secteurs varie en fonction de la spécialité en cybersécurité de la structure. Les structures spécialisées de 100 salariés ou plus se concentrent dans les secteurs de l'informatique/numérique (28%), des prestations spécialisées (23,4%) et des études et conseils (12,2%). Pour les structures non spécialisées de plus de 1000 salariés et plus, les secteurs de la banque/assurance représentent 19,2% suivis par l'informatique/numérique (13,1%) et de l'administration et des collectivités territoriales (9,8%). Pour les structures de moins de 250 salariés, l'informatique/numérique est le plus secteur le plus représenté (41%).

Cinq principaux métiers
44,2% des répondants se regroupent autour de 5 métiers principaux : consultant en cybersécurité, RSSI, architecture sécurité, auditeur de la sécurité technique et analyse de la menace cybersécurité. Plus généralement, la représentation des métiers évolue selon la spécialisation de la structure. En effet, si le RSSI est le métier le plus répandu dans les structures non spécialisées, c'est le métier de consultant qui est le plus présent parmi celles spécialisées.

Concernant la rémunération, 50,3% des professionnels perçoivent une rémunération brute annuelle comprise entre 35 000 euros et 64 999 euros par an. Plus de 40% des professionnels les moins rémunérés (moins de 35 000 euros par an) travaillent dans des structures de moins de 250 salariés. A l'opposé, plus de 63% des plus rémunérés (75 000 euros par an) sont employés dans des structures de 1000 salariés et plus.

Un fort recours au marché caché
Le rapport s'est également penché sur le mode de recrutement des professionnels répondants. Il est marqué par un fort recours au marché dit "caché" c'est-à-dire par les réseaux professionnels, l'approche directe et les candidatures spontanées. En effet, 56% des répondants ont été recrutés par ces voies. Ce chiffre atteint les 67,5% dans les structures spécialisées. Seuls 29% des répondants ont été recrutés après avoir répondu à une offre d'emploi.

Pour continuer à approfondir les connaissances sur les emplois dans cette filière, l'Anssi vient de lancer l'Observatoire des métiers de la cybersécurité. Il regroupe les ressources – enquêtes, rapports, infographies – nécessaires à la compréhension et à la structuration du marché de l’emploi de la sécurité des systèmes d’information (SSI). Une nouvelle enquête a également été lancée à destination des professionnels du secteur.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.