Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Renault-Nissan-Mitsubishi veut avoir 25 millions de véhicules connectés en 2026

L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a dévoilé sa feuille de route Alliance 2030 résolument tournée vers les véhicules électriques, mais également la connectivité et l'autonomie. Les constructeurs souhaitent parvenir à 25 millions de véhicules connectés en 2026 et avoir plus de 10 millions de véhicules en circulation qui soient équipés de systèmes de conduite autonome.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Renault-Nissan-Mitsubishi veut avoir 25 millions de véhicules connectés en 2026
Renault-Nissan-Mitsubishi veut avoir 25 millions de véhicules connectés en 2026 © Renault

L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a dévoilé une feuille de route commune pour les prochaines années. Le plan Alliance 2030, dévoilé le 27 janvier 2022, mise sur l'électrification, la connectivité, l'autonomie et la mobilité. Les trois constructeurs prévoient de renforcer l'utilisation des plateformes communes, partager leurs compétences et des innovations. Un focus tout particulier est fait sur la connectivité et les véhicules autonomes.

ADAS et véhicule autonome
L'Alliance explique vouloir poursuivre ses efforts dans le développement de systèmes avancés d'aide à la conduite (ADAS) et de véhicules autonomes. L'objectif est que d'ici 2026, plus de 10 millions de véhicules en circulation sur 45 modèles soient équipés de systèmes de conduite autonome. Toutefois, la stratégie dans ce domaine n'est pas détaillée ni les objectifs quant au niveau d'autonomie que souhaite proposer l'Alliance dans ses véhicules.

A noter que Renault-Nissan a annoncé en juin 2019 s'être rapproché de Waymo, la filiale d'Alphabet en charge du développement des véhicules autonomes. L'idée étant d'explorer les services de mobilité autonome en France et au Japon. Mais ce partenariat semble au point mort.

25 millions de véhicules connectés en 2026
L'Alliance souhaite passer de 3 millions de véhicules connectés au cloud avec des flux de données permanents, à 25 millions de voitures connectées à son cloud d'ici 2026. Pour parvenir à son objectif, l'Alliance prévoit d'augmenter ses cadences pour livrer plus de 5 millions de véhicules connectés au cloud par an d'ici 2026.

Allant dans ce sens, Renault doit mener un projet visant à mettre au point "une architecture électrique et électronique centralisée commune faisant converger les applications hardware et software pour offrir un niveau de performance optimal". Un premier véhicule défini autour du logiciel doit être lancer d'ici 2025.

Google dans le cockpit des voitures
Si Stellantis s'est rapproché d'Amazon, l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi se tourne vers Google pour faire vivre ses voitures connectées. Le partenariat, annoncé en septembre 2018, permet aux constructeurs d'équiper leurs véhicules de l'écosystème Google. Concrètement, les conducteurs des véhicules de l'Alliance peuvent utiliser Google Maps ou Waze pour se diriger. Mais aussi Google Assistant pour communiquer avec le véhicule et accéder à des milliers d'applications via Google Play Store.

Se tourner vers Google, permet aux constructeurs d'économiser des sommes considérables en R&D  d'un système d'info-divertissement qui n'a aucune garantie d'être utilisé par les clients. En retour, le géant de la tech peut accéder aux données des applications installées dans le véhicule à condition d'avoir l'accord de l'utilisateur.

Des mises à jour à distance
Qui dit véhicule connecté, dit mise à jour à distance des systèmes embarqués. L'Alliance veut améliorer la performance des véhicules tout au long de leur cycle de vie grâce à des mises à jour à distance. Un point sur lequel accélèrent de nombreux constructeurs automobiles. Tesla a bousculé cette industrie avec ses mises à jour régulières sur des systèmes embarqués essentiels au fonctionnement du véhicule et touchant aux fonctionnalités de conduite autonome.

Dans un premier temps, les constructeurs traditionnels ont proposé des mises à jour à distance pour les systèmes d'info-divertissement. De plus en plus, ces mises à jour sont également proposées pour des fonctionnalités d'aide à la conduite. Toutefois l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ne détaille pas les fonctions qui sont concernées par ces mises à jour à distance.

En accélérant du côté de la connectivité, l'Alliance espère collecter un grand nombre de données. Ces dernières sont précieuses pour les constructeurs qui peuvent s'en saisir pour proposer de nouveaux services, tout au long du cycle de vie du véhicule, à leurs clients. Renault évoque une expérience personnalisée, de nouveaux services améliorés et une réduction des coûts de maintenance. Et les "véhicules pourront interagir avec les objets connectés, les utilisateurs et l'infrastructure, ouvrant ainsi de nouveaux champs de création de valeur pour les entreprises de l'Alliance". Une façon pour les constructeurs de monétiser sur la durée un véhicule. De la même manière, les constructeurs semblent chercher à reprendre la main sur la vente de voitures d'occasion à travers de nouvelles marketplaces.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.