Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Rentrée des classes] JavaScript ou HTML, les nouvelles "langues vivantes" d'Israël

Ce dimanche 2 septembre 2018, 2,3 millions d’élèves israéliens ont retrouvé les bancs de l’école, soit 37% de la population totale. Dans l’autre "start-up nation", peut-être un peu plus qu’ailleurs, l’éducation est un enjeu primordial et les initiatives se multiplient pour que l’analyse de données ou l’apprentissage de JavaScript deviennent des matières comme les autres, enseignées dès la maternelle.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

JavaScript ou HTML, les nouvelles langues vivantes d'Israël
Atelier programmation de drones dans les locaux de Wix. © Roy Margullies

L’Université de Tel Aviv vient de se hisser au huitième rang du classement mondial réalisé par Pitchbook. Un classement qui discerne les institutions d’enseignement supérieur produisant les meilleurs entrepreneurs. Depuis 2006, Pitchbook a recensé 531 startups créées par d’anciens diplômés de la seule Université de Tel Aviv et qui auraient levé plus de 8 milliards de dollars.

Passer de la Start-up nation à la High Tech nation

8 milliards, cela ne fait presque pas rêver au comptoir du café à Wix, la célèbre plateforme en ligne de création et de gestion de sites web qui prévoit de réaliser près de 600 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2018. Yossi Hayut y dirige le service de l’Innovation pédagogique et confie : "Il est temps pour Israël de passer du statut de Start-up nation à celui de High Tech nation". A l’entendre, les 23,8 milliards de dollars réalisés lors d’exit par les start-up israéliennes en 2017 (source PwC) révéleraient un problème : Israël n’arrive pas à empêcher ses licornes d’aller galoper ailleurs. "Nous transmettons à nos enfants une mentalité d’entrepreneurs, mais nous devons aussi leur donner les outils indispensables pour mener leurs projets à terme. Savoir coder par exemple, et surtout savoir évoluer dans un environnement agile."


Pour Yossi Hayut, la High Tech peut aussi jouer une fonction de levier social. "Dans 25 ans, 40% des emplois que nous connaissons aujourd’hui auront disparu", dit-il, faisant essentiellement allusion à des emplois peu qualifiés. Et il continue : "Nous devons offrir des opportunités à tous : les arabes israéliens, les personnes d'origine érythréenne ou encore les juifs orthodoxes. Il faut commencer dès l’école. C’est pourquoi nous avons mis en place un programme en collaboration avec l’ONG américaine code.org (NDLR : qui dispense des cours à plus de 25 millions d’étudiants américains) et la municipalité de Tel Aviv afin de former nos élèves aux sciences de l’informatique."

 

Former les future startupers...

Car la Ville Blanche est consciente qu’il faut commencer dès maintenant l’éducation des “startupers” de demain.  La municipalité lance cette année un plan stratégique baptisé "Futurs entrepreneurs". Première étape : enseigner la programmation, les sciences de l’informatique et le "design thinking" aux élèves âgés de 12 à 14 ans. Dans les cinq ans à venir, le département Éducation de la municipalité dirigé par Shirley Rimon prévoit de proposer le curriculum à tous les élèves, de la maternelle jusqu’à l’équivalent israélien du baccalauréat.

Selon Nilly Avinum, qui dirige la branche "Innovation et Entrepreneuriat" au département de l'Éducation de la mairie de Tel Aviv, les "élèves doivent apprendre JavaScript et HTML aussi bien que l’Anglais. Nous concevons le digital comme une quatrième langue qui leur offre la chance de faire partie d’un monde plus vaste".

 

... et les professeurs

 

 

Plus de 30 professeurs de 22 écoles israéliennes ont passé 5 jours de formation aux science de l’informatique. ©Roy Margullies

 

Et ce plan stratégique commence par la formation des professeurs. Plus de 30 professeurs volontaires issus de 22 écoles israéliennes ont passé cinq jours de formation dans les locaux de Wix. Au programme : pilotage de drones, introduction aux fondamentaux du machine learning ou encore initiation à l’utilisation d’un Drive.


Gad Lidror est professeur de sciences de l’informatique à l’école Tichonet, une école 100% digitale qui stocke tout son matériel pédagogique sur un cloud et organise certains cours par vidéoconférence. Il constate que ses élèves, âgés de 12 à 14 ans, sont certes rompus à l’utilisation des réseaux sociaux, mais que cela ne les dispense pas de présenter des signes de technophobie. "S’ils n’arrivent pas à faire ce qu’ils veulent de manière intuitive, ils peuvent se bloquer complètement. Nous devons leur apprendre comment fonctionnent ces outils afin qu’ils puissent les utiliser en toute conscience. Nous devons les aider à acquérir la confiance en soi ainsi que les compétences techniques qui leur permettront d’être de bons citoyens du monde digital."


La diversité au coeur du programme

Mais tous les élèves ne sont pas égaux devant le digital, et les inégalités sociales pèsent sur les rêves des enfants. C’est pourquoi le programme veut inclure des écoles en dehors des quartiers huppées de Tel Aviv. Objectif affiché : donner des perspectives d’avenir dans le marché de la High Tech aux enfants de zones moins favorisées, comme Yeruham dans le désert du Néguev ou Jaffa, le quartier populaire et mixte de Tel Aviv.

Vera Deek s’est portée volontaire pour participer au programme “Futurs Entrepreneurs”. Elle est professeur d’Anglais à l’école Ajyal de Jaffa et résume son quotidien ainsi. “C’est une bonne chose que les enfants sachent utiliser un smartphone ou un ordinateur. Il faut aussi leur apprendre que quelqu’un a développé les applications qu’ils utilisent au quotidien. Et que ce quelqu’un, cela pourrait être eux."
L’autre Start-up Nation a besoin de main d’oeuvre, elle a aussi besoin d’intégrer certaines minorités par le travail. JavaScript et HTML sont des langages qui présentent un avantage : on peut les pratiquer sans crainte d’être discriminé pour son accent...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale