Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Réveillez la start-up qui dort en vous !

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Réveillez la start-up qui dort en vous !
Réveillez la start-up qui dort en vous ! © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Les grands groupes ? Ce ne sont finalement que des start-up qui ont réussi ! Ce trait, les dirigeants des grandes industries ne manquent jamais de vous le servir lorsque vous les questionnez sur l’arrivée de jeunes pousses agiles et rapides sur leur marché. Si leur réponse est rigoureusement juste, ne soyons pas naïfs : elle est d’abord et avant tout une pirouette, une manière d’éluder le sujet. Face à un journaliste, cette défense peut permettre de sauver la face, mais elle ne résistera pas à l’épreuve du client. Lui, ce qu’il exige de toute entreprise c’est qu’elle réponde à un besoin bien précis. Cette loi, la vague des technologies numériques ne fait que la rendre plus impérieuse encore, comme le prouvent les 50 pépites repérées par notre rédaction. Qu’elles s’appellent Airbnb, Leapfrog, Zynga ou Square, elles utilisent avec maestria la puissance du logiciel et de l’internet pour pénétrer des marchés défendus de longue date par des barrières technologiques, financières ou réglementaires. Aujourd’hui, il est devenu finalement assez simple et peu coûteux de jouer les perturbateurs.

La question qui se pose alors aux bons vieux industriels, (et à "L’Usine Nouvelle"), est comment contre-attaquer ? Comment reprendre (ou ne pas perdre) la main face à ces jeunes pousses ? Sans doute en s’inspirant de leur méthode. Flexibilité, frugalité, polyvalence, réactivité, questionnement et innovation permanente font partie de leurs gênes. Chez elles, pas de grande organisation hiérarchique en silo, c’est le collectif qui prime. Un jour, c’est un ingénieur qui prend le leadership ; le lendemain, c’est le patron qui le récupère pour mieux le confier le surlendemain au responsable du marketing. La question du pouvoir importe peu dans ces structures, ils ne sont pas assez nombreux pour cela. Non, ce qui l’emporte c’est l’efficacité. Guidés par les coûts, obnubilés par le besoin du client, ces petits acteurs sont en permanence à l’écoute de leur marché pour permettre à leur produit de remplir au mieux la mission qu’ils se sont donnée.

Cette invasion impose à tout dirigeant de s’interroger sur la manière dont le numérique est en train de remettre en cause la valeur générée par ses activités du point de vue du client. Il doit se (re-)demander quel besoin comble-t-il, quel service rend-il et avec quels outils. En n’oubliant jamais que le produit n’est pas une fin, juste un moyen de répondre à un besoin. Autrement dit, les industriels doivent se recentrer sur l’essentiel. S’interroger sur la raison pour laquelle leur entreprise est venue au monde. Et, pour cela, le plus efficace est encore d’opérer un retour aux sources, de se replonger dans ses racines, de ré-interroger sa raison sociale pour retrouver sa mission originelle. Et qui sait, en menant cette introspection, il est fort probable qu’ils retrouvent aussi leur esprit… start-up !

Thibaut De Jaegher

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

zelectron
04/01/2014 10h47 - zelectron

je n'ai pas envie de tirer les marrons du feu pour une bande de socialo-fascistes névrosés qui protègent un fonctionnariat vampirisant l'économie nationale sans compter sur un certain nombre d'élus incapables sauf à tenir des discours de promesses destinées à ceux qui y croient.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media