Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Revue de presse US : Xavier Niel secoue le marché des télécoms américain

L'annonce de l'offre de rachat de l'opérateur américain T-Mobile par le groupe français Iliad a fait grand bruit aux Etats-Unis. Le nom du patron de Free, Xavier Niel, est sur toutes les lèvres. Voici un "best of" des réactions de la presse américaine.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Revue de presse US : Xavier Niel secoue le marché des télécoms américain
Revue de presse US : Xavier Niel secoue le marché des télécoms américain

Admiration, surprise, curiosité et scepticisme : voici les réactions dominantes des éditorialistes américains après l'annonce de l'offre d'Iliad de racheter l'opérateur américain T-Mobile. Xavier Niel plaît par son audace, et l'offre qu'il oppose à celle de l'autre opérateur américain Sprint pourrait bien bouleverser la donne sur le marché des télécoms américains, estiment les influenceurs.

Xavier Niel, un "pirate"

Dans un débat vidéo organisé par Bloomberg, Xavier Niel est comparé à un "pirate" par Benedict Evans, un investisseur de la firme américaine Andreessen Horowitz : "Xavier Niel est un pirate, il s'est frayé un chemin dans le marché du mobile et des télécoms français, et il l'a renversé, maintenant il observe le marché américain et il se dit que c'est le bon endroit pour un pirate [comme lui]."

Son bagout de Xavier Niel est apprécié des Américains. Il est même qualifié par le site spécialisé Quartz de "Steve Jobs français". "L'opérateur rebelle français Free fait une offre de 15 milliards pour l'opérateur rebelle américain T-Mobile", titre Venturebeat. Xavier Niel y est décrit comme "le Richard Branson français, avec des long cheveux et une attitude rebelle et franche. Réussir cette négociation demanderait un sacré courage et un art de la vente, mais Niel pourrait bien avoir ces qualités." Pour Forbes, "Niel a suffisamment d'antécédents pour obtenir le soutien de grandes banques et d'investisseurs (...) L'offre d'Iliad peut ressembler à une bataille de David contre Goliath, mais ici le plus petit des deux a gagné en lançant une pierre et en visant juste".

Un avantage sur le marché américain

Bloomberg businessweek, comme le reste de la presse américaine, revient sur la carrière hors norme du milliardaire français. "Cette tentative du franc-tireur français de bouleverser le plus grand marché des télécoms dans l'Ouest, reflète bien le succès de Niel dans son pays (...) L'offre d'Iliad ouvre le chapitre le plus dramatique d'une carrière qui est déjà l'une des plus originales en France". Par ailleurs, Businessweek estime qu'Iliad dispose d'un avantage sur le marché américain : "Iliad dispose d'un atout clé : une reprise par une société française préserverait le status quo du marché américain en conservant le même nombre d'opérateurs, ce qui est préféré par les régulateurs".

Qui se ressemble s'assemble, dit l'adage, et c'est ce que semblent penser de nombreux influenceurs qui soulignent les similitudes entre Free et T-Mobile, et surtout entre leurs deux patrons. Un "mariage" qui pourrait fonctionner, entre deux franc-tireurs prêts à en découdre avec le statu quo.

 

 

Pour le Wall Street Journal, "le fondateur de l'entreprise [Xavier Niel] est un casseur de prix passionné - un bon mariage avec l'approche actuelle de T-Mobile pour bouleverser le marché américain".

"Iliad, c'est quoi ?"

La surprise est de taille toutefois pour nombre d'éditorialistes américains, qui découvrent le groupe français Iliad. "Bon sang mais c'est quoi Iliad ?", titre le site spécialisé Re/code, qui explique les tenants et les aboutissants de l'affaire à ses lecteurs stupéfaits. "Cette annonce surprise à 15 milliards de dollars a généré un 'quoi ?!' collectif dans le pays", résume le site. PC Magazine titre également "Bon sang mais c'est quoi Iliad, et pourquoi il veut T-Mobile ?"

Benedict Evans, investisseur de la firme américaine Andreessen Horowitz, ironise ainsi sur Twitter :

 

 

 

Ryan Reith, analyste du cabinet IDC retweeté par Bloomberg, résume la surprise générale ainsi :

Une vraie menace pour les opérateurs américains

Un certain scepticisme quant à la capacité d'Iliad de racheter T-Mobile US revient dans les conversations de certains analystes de Wall Street et dans le New York Times notamment : "Comment Iliad pourrait gagner 10 milliards de dollars en réduction des coûts ? Ce n'est pas clair étant donné que l'entreprise française n'est pas du tout présente aux Etats-Unis". Le Wall Street Journal se montre à peine plus confiant : "Dieu va-t-il lancer Iliad sur le marché du téléphone mobile américain ?"

Alors que pour The Economist, l'offre d'Iliad pourrait bien changer la donne et mettre à mal l'offre de Sprint, l'opérateur américain qui semblait à deux doigts de signer avec T-Mobile : "Sprint a tenté de se présenter comme le sauveur de la situation, l'évidence. Mais maintenant que Paris entre dans le jeu, la proposition de fusion [de Sprint] va devoir faire face à une opposition féroce".

Nora Poggi

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale