Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Sagemcom mise sur LoRa pour se diversifier dans l’Internet des Objets

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le fabricants français de terminaux intelligents Sagemcom a choisi la technologie LoRa pour connecter ses compteurs de gaz et d’eau. Il profite de l’occasion pour se diversifier dans les équipements de l’Internet des Objets pour les opérateurs télécoms et l’industrie. Avec en perspective un chiffre d’affaires additionnel de plus de 100 millions d’euros à l’horizon 2019.  

Sagemcom mise sur LoRa pour se diversifier dans l’Internet des Objets
Sagemcom mise sur LoRa pour se diversifier dans l’Internet des Objets © D.R.
Quelle technologie de connectivité choisir ? SigFox, LoRa ou LTE-M? La question se pose pour tous les industriels de l’Internet des Objets. Sagemcom a fait son choix. Ce sera LoRa. Le fabricant français est un membre fondateur de l’alliance autour de cette technologie de communication radio à longue portée, faible consommation et bas coût. Créée en mars 2015, elle rassemble aujourd’hui quelque 60 membres dont d’autres français comme Kerlink, Actility, qui vient de lever 25 millions d'euros, et Bouygues Telecom.
 
 
Sagemcom fabrique des compteurs intelligents, dont le Linky (électricité) et le Gazpar (gaz) en France. "Pour les compteurs d’électricité, nous utilisons la technologie des courants porteurs en line - CPL- à bande étroite, explique Patrick Sevian, PDG de Sagemcom. Elle offre l’avantage aux utilities de s’affranchir des opérateurs télécoms en utilisant leurs propres réseaux électriques comme media de collecte et de transmission des données. Mais elle ne s’applique pas aux compteurs de gaz et d’eau qui sont par définition isolés énergétiquement et/ou difficiles d’accès"
 
Préférence d'une solution standard sur la solution propriétaire SigFox
 
Pour  ces compteurs, LoRa est perçue comme la solution idéale de connectivité. "Comme Sigfox, elle fonctionne sur la bande fréquence libre de 868 Mhz, elle consomme peu d’énergie et revient bien moins chère que les technologies radio cellulaires GSM/3G/LTE, estime Thierry Lestable, directeur technologie et innovation de Sagemcom. Mais elle offre l’avantage d’être un standard, d’avoir un débit 3 à 500 fois plus élevé et d’être adaptée à la géolocalisation, ce qui évite l’intégration de GPS, un composant gros consommateur d’énergie." De nombreuses applications nécessitent la fonction de localisation : palette de fabrication, wagons de train, engins de BTP, etc.
 
 
Sagemcom compte livrer les premiers compteurs d’eau et de gaz équipé de la connectivité LoRa dès cette année. Le volume devrait monter ensuite à plusieurs centaines de milliers d’unités en 2016. Mais la société ne compte pas s’arrêter là. Elle veut devenir l’équipementier des opérateurs télécoms en leur proposant toute la gamme d’équipements nécessaires pour la mise en place et l’exploitation de réseaux d’Internet des Objets au standard LoRa: modules, passerelles, serveurs de cœur de réseau et logiciels de gestion. C’est ainsi qu’elle travaille en France avec Bougyues Télécom pour la création d’un réseau couvrant tout le territoire en 2016. La construction du réseau devrait démarrer en octobre 2015. 
 
 
LoRa intégrée à terme dans les box internet
 
 
Le groupe, issu de Sagem en 2010, profite de sa présence dans les box internet et décodeurs pour promouvoir une solution simple de densification du réseau: une sorte de Femto cellule LoRa, un petit boitier qui se branche sur la Box internet pour étendre localement la capacité du réseau. "Cette solution pourrait être à terme intégrée dans toutes les box internet que nous fabriquons", espère Patrick Sevian.
 
Enfin, Sagemcom veut s’attaquer à l’Internet des objets industriel en proposant ses modules LoRa pour des produits comme les palettes logistiques, les bouteilles de gaz, les poubelles ou encore les dispositifs de localisation des animaux. Patrick Sevian s’attend à ce que cette nouvelle activité dans l’Internet des Objets génère un chiffre d’affaires supérieur à 100 millions d’euros à l’horizon 2019. Le groupe compte aujourd’hui 4200 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros en 2014.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

FM
22/06/2015 11h12 - FM

Intrinsèquement, les 2 technologies Sigfox (Opérateur de données) et LoRa (appartenant à Semtech, fabricant de semiconducteur) sont similaires dans leur objectif : connecter des objets sur un réseau sans-fil et répondre à la problématiques de durée de vie des objets (consommation) D’un point de vue « Business Model », leurs approches respectives sont aux antipodes : - d’un coté, Semtech fournit des puces, et se rémunère donc sur leurs ventes : Semtech est actuellement l’unique fournisseur de solutions silicium (puce) LoRa – aucune annonce n’a été faite à ce jour quant à une intégration de la technologie LoRa chez un autre fabricant de semiconducteur. Semtech a comme objectif de fédérer différentes acteurs de l’Internet des Objets pour déployer son réseau (Kerlink qui développe et commercialise les stations de base, Bouygues Telecom qui a annoncé le démarrage du déploiement du réseau en France uniquement (sans mentionner une idée du cout de connexion des objets sur son réseau) et d’autres partenaires pour les solutions serveurs, cloud, …) - Sigfox de son coté se positionne comme un opérateur de données (complémentaire aux opérateurs historiques mondiaux car permettant l’ouverture à de nouvelles applications) et se rémunère sur la connexion des objets sur leur réseau. Sigfox fédère depuis déjà quelques années des acteurs majeurs du semiconducteur (Atmel, Silicon Labs, Texas Instrument – d’autre à venir…) ainsi qu’un nombre important de fabricants de modules établis et reconnus (Adeunis RF, Telecom Design, Telit, …) – le client est donc libre de choisir quelle puce il intègre dans son objet (libre concurrence), et peut facilement évaluer la technologie à travers des offres modules variées (autres réseaux RF, GPS, capteurs, …) – Sigfox a également établit des partenariats variés dans les applications web et cloud. Alors, comme le mentionne l’article, est-ce que la technologie LoRa est vraiment un standard ? sous couvert qu’une alliance a été créée ? à ce titre, la technologie Sigfox étant plus largement adoptée par les fabricants de puce (à la base des objets connectés), la réponse penche clairement en faveur de Sigfox qui laisse le choix complet à ses clients pour intégrer leur technologie Coté disponibilité de l’offre, là encore, Sigfox est déjà présent en France (en son nom), ainsi qu’en Espagne, en Angleterre et aux Pays-Bas (à travers des opérateurs locaux) et dans de nombreuses villes pilotes Européennes. Ils ont récemment lancé le déploiement de leur réseau (toujours à travers des partenaires) au Portugal, au Danemark et en Belgique. D’autres pays sont sur le point d’être annoncés. La technologie Sigfox permet de connecter 1 Million d’objet simultanément sur une station de Base – la géolocalisation est possible, mais un peu moins importante que celle qui sera proposée par Semtech Coté Semtech, ils annoncent avoir déjà des réseaus déployés – seulement, ce sont des réseaux privés, donc inaccessibles aux clients – Bouygues Telecom va commencer a déployer des stations de base en fin d’année. La technologie LoRa permet de connecter 10 000 objets simultanément par station de Base – la géolocalisation (pas encore disponible) nécessite une sensité très importante de base station, donc ne sera pas disponible rapidement. Le cout de déploiement du réseau sera donc plus intéressant coté Sigfox (et donc par répercussion pour l’utilisateur) car le nombre de station de base à déployer sera 100 fois moins important Le choix est donc, aujourd’hui évident pour un client voulant déployer une solution rapidement (ce qui est un critère primordial dans le monde des objets connectés) : il se porte vers la technologie Sigfox, mature, disponible, et avec des offres silicium (cœur de l’objet connecté) diverses et variée, donc compétitives...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale