Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Satya Nadella se donne 3 ans pour tripler les revenus de Microsoft dans le cloud

Le patron de Microsoft a promis lors de la conférence avec les analystes de tripler le revenu provenant du cloud d'ici à 2018. En 2015, les services cloud payants de Microsoft devraient lui rapporter 6.3 milliards de dollars. Satya Nadella promet d'atteindre les 20 milliards de chiffre d'affaire d'ici à l'année fiscale 2018, qui commence le 1er juillet 2017 et se termine le 30 juin 2018. Avec quelle stratégie?
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Satya Nadella se donne 3 ans pour tripler les revenus de Microsoft dans le cloud
Satya Nadella se donne 3 ans pour tripler les revenus de Microsoft dans le cloud © Microsoft

"Nous pouvons augmenter de façon importante la valeur de nos services", a estimé le patron de Microsoft lors d'une conférence avec les analystes, en promettant un triplement du revenu cloud pour l'année fiscale 2018, de 6,3 à 20 milliards de dollars. Cette croissance "aidera les développeurs à utiliser notre plateforme, et rendra l'écosystème Windows bien plus sain", a-t-il ajouté, afin de convaincre les investisseurs de sa stratégie.

Faire de la marge

Sur le premier trimestre 2015, le revenu de Microsoft provenant de ses solutions cloud a augmenté de 128%, "stimulé par Office 365, Azure et Dynamics CRM" selon la firme. Microsoft affiche 50 millions de clients actifs par mois pour l'offre d'Office 365 dédiée aux entreprises . Amy Hood, la directrice financière, a également insisté sur la rentabilité des services cloud, soulignant des marges brutes de 44% pour l'année en cours.

Mais comment atteindre un triplement du revenu d'ici à 2018 ? Satya Nadella n'est pas rentré dans les détails, mais la conférence Microsoft Build a laissé entrevoir la stratégie du géant de Redmond. Microsoft mise sur ses services cloud pour les entreprises : Office 365 pour les entreprises, Azure, CRM Online et sa solution pour la mobilité EMS "Enterprise Mobility Suite". Azure est toutefois en concurrence directe avec Amazon Web Services et la bataille s'annonce rude.

Se démarquer de la concurrence

Le géant de Redmond a annoncé des solutions supplémentaires de stockage de données sur Azure. Azure SQL Data Warehouse, une base de données as a service dédiée aux données relationnelles SQL, et Azure Data Lake, une solution de stockage massif de données adaptée pour la Big Data, doivent permettre aux entreprises d'avoir accès à des outils flexibles et modulables selon leurs besoins.

En promettant des solutions sans contraintes et "à la carte", Microsoft tente de se démarquer d'Amazon. Scott Guthrie, vice-président du groupe Cloud and Enterprise de Microsoft, a expliqué sur scène qu'Azure SQL Data Warehouse est un produit "hybride", qui fonctionne à la fois sur Azure et les centres de données de l'entreprise cliente. En revanche, le produit concurrent AWS Redshift ne fonctionne que sur le cloud d'Amazon.

miser sur l'ouverture

Microsoft compte séduire en faisant preuve d'ouverture et de flexibilité, une stratégie développée depuis un an par Satya Nadella qui tranche avec les pratiques passées. Le géant de Redmond courtise les développeurs pour convaincre les entreprises qui les emploient. En effet, les développeurs sont souvent ceux qui testent de nouveaux services cloud au sein d'une entreprise. Et la plupart d'entre eux détestent être contraints à utiliser un seul outil. Microsoft n'a d'ailleurs pas hésité à faire appel sur scène à Docker, le chouchou des développeurs, pour gagner en crédibilité sur le thème de la flexibilité.

Cela suffira-t-il pour tripler le revenu cloud de l'entreprise ? Selon Charles King, analyste du cabinet Pund-IT cité par Computerworld, le but affiché par Satya Nadella est "tout à fait réalisable. [...] C'est une projection de croissance de 50% par an, plus ou moins ce que font déjà les concurrents comme AWS." Selon lui, le portfolio des solutions cloud de Microsoft, plus vaste et riche que celui de nombreux compétiteurs, pourrait faire la différence.

Nora Poggi

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media