Scopelec, sous-traitant d'Orange, va licencier "plusieurs centaines de personnes"

Scopelec va licencier une centaine de salariés à la suite de la perte d'un gros contrat avec Orange, son premier client (40% de son chiffre d'affaires) pour qui il s'occupe de la pose de la fibre et de l'entretien du réseau cuivre. L'affaire a été portée en justice car le groupe tarnais accuse l'opérateur d'avoir rompu leur relation commerciale brutalement, sans lui laisser la possibilité de se retourner.

Partager
Scopelec, sous-traitant d'Orange, va licencier

Le groupe Scopelec, situé à Sorèze dans le département du Tarn, annonce ce 6 juillet un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui prévoit "plusieurs centaines de licenciements", auxquelles il faut ajouter les 1000 départs volontaires. Thomas Foppiani, le président du directoire, est aussi sur le départ. "Des démarches" ont été entamées pour trouver son successeur, précise la direction dans un communiqué.

Orange comme premier client

Scopelec emploie 3600 personnes en France réparties sur plusieurs sites en Normandie, Charente, Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine notamment. Elle assure pour Orange – son premier client depuis sa création en 1973 – la pose de la fibre optique et l'entretien du réseau cuivre. Ces contrats de sous-traitance représentent 40% de son chiffre d'affaires, qui était de 475 millions d'euros en 2021.

Or, en novembre 2021, Scopelec a perdu 65% de ses contrats avec l'opérateur à l'issue d'un appel d'offres provoquant son placement en procédure de sauvegarde décidé par le tribunal de commerce de Lyon quelques mois plus tard. L'entreprise tarnaise a décidé d'entamer un bras de fer avec Orange pour rupture brutale dans la relation commerciale. "Cette assignation a pour objectif de faire respecter nos droits à un préavis utile et nos droits à un accompagnement, y compris financier, face aux préjudices subis. Il est normal qu'Orange assume ses responsabilités et indemnise ses manquements", expliquait Thomas Foppiani.

18 mois supplémentaires non suffisants

De son côté, l'accusé justifie cette situation par une baisse d'activité sur l'entretien du réseau cuivre et l'installation de la fibre. Il estimait également que les délais avaient été respectés et contestait "le bien-fondé de cette assignation". Finalement, en avril dernier, Scopelec réussit à obtenir 18 mois supplémentaires d'activités (jusqu'à mi-2023) à l'issue d'une réunion. "Ça va occuper 400 personnes sur les 1000 emplois menacés. Alors qu'il faut aider tout le monde à partir dignement", réagissait, Frédéric Mazars, délégué Force Ouvrière (FO) de Scopelec, interrogé par Franceinfo Occitanie.

La justice n'a pas donné raison à Scopelec. Il a été débouté en première instance puis par la cour d'appel de Paris le 22 juin.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS