Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Serensia lève 3 millions d'euros pour automatiser la gestion de la facturation

Levée de fonds Serensia, entreprise fondée en 2004, lève 3 millions d'euros. Un apport financier devant lui permettre de lancer une offensive commerciale autour de son logiciel d'automatisation de la comptabilité en entreprise et de dématérialisation des documents administratifs et financiers.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Serensia lève 3 millions d'euros pour automatiser la gestion de la facturation
Serensia lève 3 millions d'euros pour automatiser la gestion de la facturation © Unsplash/Burst

Serensia a annoncé jeudi 5 novembre 2020 avoir levé 3 millions d'euros auprès de Financière Fonds Privés. L'entreprise fondée en 2004 a développé un logiciel automatisant la gestion, l'émission et la réception des documents administratifs et financiers (factures, commandes, avis de paiement, etc.).

Interconnexion avec les systèmes des entreprises clientes
L'un des points forts de Serensia : son logiciel adaptatif permet à l'entreprise utilisatrice de s'interconnecter facilement avec les systèmes d'information de ses clients. La jeune entreprise promet "une automatisation complète qui part du fournisseur et arrive dans le logiciel de gestion du client", explique Emmanuel Flesselles, fondateur et président de Serensia, auprès de L'Usine Digitale.

La solution est dotée de connecteurs EDI et ERP et récupère l'ensemble des informations et documents nécessaires à son fonctionnement via les logiciels déjà en place dans l'entreprise. "Le logiciel installé dans une entreprise s'interconnecte avec le logiciel de gestion et se débrouille pour que les factures partent de manière électronique chez le client ou que les factures soient reçues et transformées pour être automatiquement intégrées dans le logiciel de gestion", résume Emmanuel Flesselles.

A quand un logiciel cloud ?

Quant à la question de passer au cloud, Emmanuel Flesselles répond qu'avec "le sujet de la confidentialité des données critiques", bon nombre de clients préfèrent garder les informations comptables dans des serveurs qui leurs appartiennent plutôt que de les héberger chez un tiers. Mais l'entreprise se tient prête à opérer les changements et à s'adapter aux demandes des clients.


Mutualisation des coûts de maintenance
La solution de Serensia repose aussi sur une architecture logicielle adaptative : elle reçoit des mises à jour régulièrement. "Dès qu'il y a un changement, tous les clients sont mis à jour en même temps", assure Emmanuel Flesselles. Le coût de la maintenance est mutualisé et les entreprises clientes n'ont pas à embaucher d'informaticien pour s'occuper du suivi logiciel et des mises à jour.

Pour parvenir à ce résultat, Serensia a mis en place une base de connaissance mutualisée afin de traiter les questions de "conformité à la réglementation (identifier si la facture est conforme), de modélisation des canaux de communication (protocole des serveurs web, courrier électronique, réseau du minitel…), des formats de fichier (PDF, XML, etc.), la manière de s'interconnecter avec les logiciels de gestion (afin que quelqu'un d'extérieur au logiciel puisse écrire une information comptable sans tout modifier)", liste Emmanuel Flesselles.

Renforcer son équipe commerciale
Serensia assure pouvoir faire descendre le coût de gestion d'une facture entrante à moins d'un euros (contre 5 à 30 euros en moyenne). Un gain qui est fortement appréciable pour les entreprises traitant une quantité importante de "petites factures", comme par exemple les sociétés réalisant de la gestion pour compte de tiers. Aujourd'hui Serensia revendique 200 clients dont Direct Energie, la filiale de Total.

L'entreprise fondée en 2004 a pu décoller en 2007 notamment grâce à EDF qui a recommandé la start-up auprès de ses clients : cela leur permettant de s'interconnecter avec le système de facturation électronique utilisé par EDF. Avec cette levée de fonds, Serensia veut renforcer ses équipes commerciales. Emmanuel Flesselles a déjà embauché Patrick Schuller au titre de directeur général pour l'épauler dans ce domaine. En parallèle, la jeune entreprise souhaite aussi recruter des experts en IA et de l'automatisation des processus par la robotique (RPA) afin de renforcer son équipe de R&D.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media