Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Showroomprivé / Vente-privee.com : Le match des champions français du déstockage en ligne

Analyse Showroomprivé est une entreprise virtuose du web français : rentable depuis ses débuts, elle a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 480 millions d'euros, en progression de 40% sur un an. Mais cela n'est pas suffisant pour ses dirigeants : ils entrent en Bourse à Paris pour tenter de sortir de l'ombre de leur aîné et concurrent, venteprivee.com, qui les écrase encore par le volume d'affaires. Portrait croisé de deux camarades qui se font régulièrement des croche-pieds. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Showroomprivé / Vente-privee.com : Le match des champions français du déstockage en ligne
Showroomprivé / Vente-privee.com : Le match des champions français du déstockage en ligne © showroomprive.com

480 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014 et une croissance de 40% par rapport à l'année précédente : showroomprive.com, le spécialiste français du déstockage en ligne, a tout d'un grand. Son seul problème ? En France, il y a encore plus grand que lui. Son rival numéro un, venteprivee.com, domine très largement le marché européen avec un chiffre d'affaires 3,5 fois plus élevé que le sien, à 1,7 milliard d'euros en 2014.

 

Mais l'outsider, créé en 2006, cinq ans après le pionnier tricolore du secteur venteprivee.com, ne compte pas en rester là. Il espère pouvoir dépasser le maître en misant sur la "faible" croissance de son chiffre d'affaires, de seulement 8% en 2014 par rapport à 2013, contre 23% un an plus tôt. Le n°2 vise les 750 millions de volume d'affaires d’ici 2018.

 

Gain de visibilité

 

Sa botte pas du tout secrète pour prendre son aîné de vitesse ? Une entrée en Bourse en fanfare à Paris ce 30 octobre, avec le ministre de l'Economie Emmanuel Macron en invité d'honneur. Sa capitalisation boursière pourrait être comprise entre 660 et 870 millions d'euros.

 

Cette opération devrait permettre à l'entreprise de capter un peu de la lumière dont elle a toujours été privée par l'ombre de son très grand frère. Ce gain de visibilité et les fonds générés devraient permettre au groupe de muscler son positionnement à l'international. Il est aujourd'hui présent dans huit pays d'Europe (la France, bien entendu, mais également l'Espagne, l'Italie, le Royaume-Uni, le Portugal, les Pays-Bas, la Belgique et la Pologne).

 

Pas d'aventure américaine pour showroomprive.com

 

Showroomprive.com s'est tenu jusqu'à présent prudemment éloigné du marché allemand, dont les taux de retours sont importants, mais aussi des Etats-Unis, où la concurrence est très forte. Bien lui en a pris, car venteprivee.com, qui a tenté l'aventure en lançant une version américaine de son site en 2011, y a perdu des plumes.

 

L'e-commerçant misait sur 500 millions de dollars de recettes en 3 à 4 ans. Il n'a finalement réalisé que 50 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2013, avant de quitter le pays sur la pointe des pieds. Les investissements à réaliser sur place étaient trop importants pour séduire le cœur des Américains, habitués à acheter des produits discount directement dans des magasins d'usines. Venteprivee.com reste néanmoins leader en Europe, où il est également présent dans huit pays (dont l'Allemagne).

 

Une offre large pour venteprivee.com…

 

Pour conquérir le Vieux Continent, le pionnier du déstockage en ligne n'a pas eu besoin d'entrer en Bourse. Jacques-Antoine Granjon, son médiatique co-fondateur et patron, préfère ne pas dissoudre le capital de son bébé. Son succès repose sur une large gamme de produits, à même de séduire un maximum de consommateurs (le site comptait en novembre 2014 23 millions de membres, dont 15 en France).

 

Venteprivee.com mise sur l'appétit des internautes pour la mode (notamment des marques de prêt-à-porter haut de gamme), mais également l'équipement de la maison, les articles de sport, les jouets, le high-tech, la gastronomie, les ventes de tickets spectacles, la distribution de bons de réduction et même le tourisme. Le groupe a réalisé 150 millions d'euros de chiffre d'affaires dans ce secteur en 2013.

 

…et plus restreinte pour son petit frère

 

Showroomprive.com a quant à lui opté pour une offre produit beaucoup plus restreinte, concentrée sur la mode féminine. L'entreprise vend surtout des vêtements milieu de gamme à prix cassés, qui séduisent un public large (le site totalise plus de 20 millions de membres).

 

Certes, la distribution de vêtements suppose une organisation logistique complexe, mais c'est là que les marges sont les plus élevées. Dans le ticketing et le couponing (secteurs dans lesquels venteprivee.com a choisi de se diversifier), les bénéfices à réaliser sont beaucoup plus faibles. Showroomprive.com est d'ailleurs rentable depuis ses débuts, alors que son aîné a dû attendre 2004 pour enregistrer des bénéfices.

 

Les deux frères ennemis ont tous deux atteint une masse critique en Europe. Leur défi commun reste l'internationalisation. Le spécialiste chinois du déstockage, Vipshop Holding, s'est justement engagé à acheter 30 millions d'euros d'actions de showroomprive.com le jour de son entrée en Bourse. L'entreprise commence donc à se frotter à l'Asie... avant d'y plonger pour de bon ?

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale