Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Silicon Africa: Cape Town mène la course

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Série d'été Cet été, l’Usine Digitale vous invite à un tour des Silicon valleys africaines, pour découvrir les précurseurs de l’Afrique 2.0 et les champions digitaux de demain, de l’Egypte à l’Afrique du Sud. Dernière étape de ce voyage : Le Cap, en Afrique du Sud. "Silicon Cape" est sans conteste l’une des candidates les plus sérieuses au titre de Silicon valley africaine.

Silicon Africa: Cape Town mène la course
Silicon Africa: Cape Town mène la course © Google

A Cape Town, le développement digital s'appuie notamment sur la Cape Innovation and Technology Initiative (CiTi), qui promeut les nouvelles technologies dans la région depuis 20 ans. Et l'évolution est constante : CiTi vient par exemple de lancer le BitHub, pour faciliter l’adoption du Bitcoin par l’économie digitale locale.

 

C’est dans les locaux de The Barn à Khayelitsha (un bidonville du Cap) que Facebook a lancé début juillet son service Internet.org pour l’Afrique du Sud (après la Zambie, le Kenya, la Tanzanie et le Ghana). Celui-ci permet d’accéder à un certain nombre de services internet sans frais de data.

 

Mais l’innovation technologique sud-africaine va bien au-delà de la région de Cape Town. Johannesburg, Durban, Pretoria abritent elles aussi nombre de porteurs de projets innovants. Facebook vient d’annoncer l’ouverture son premier bureau africain à Johannesburg. Il sera dirigé par Nunu Ntshingila, une ancienne cadre de l'agence de communication Ogilvy. Sur 1,4 milliard d'utilisateurs actifs, le premier réseau social mondial en compte 120 millions en Afrique. 80% des connexions se font sur un téléphone portable.

 

L’Afrique du Sud a par ailleurs tissé des liens forts avec le programme BizSpark de Microsoft, qui a accompagné plus de 1600 startups dans le pays. Lesquelles ont créé quelque 300 emplois.

 

 

 

Les précurseurs :

 

  • Le pays a vu naître et grandir Elon Musk (fondateur de Paypal, SpaceX et Tesla) et Mark Shuttleworth (créateur de Thawte, revendu à Verisign, puis de Canonical, développeur d’Ubuntu).
  • Mxit : Même si c’est un champion vieillissant, Mxit est l’un des pionniers du digital sud-africain. Ce réseau social et service de messagerie instantanée a été conçu par le namibien Herman Heunis à partir d’un jeu par SMS né en 1997 à l’université sud-africaine de Stellenbosch (à l’Est de Cape Town). Il a compté jusqu’à 50 millions d’utilisateurs, avant de retomber, aujourd’hui, à quelque 5 millions. L’histoire de sa formidable expansion et de sa décroissance est racontée en détail dans cette tribune (en anglais) de Stuart Thomas.

 

3 champions du digital à suivre en Afrique du Sud :

 

  • Mxit a désormais été dépassé par 2go, qui revendique 50 millions de téléchargements.
  • Wyzetalk : cette plateforme de messagerie privée (sur invitation) fondée en 2011 permet à un groupe, par exemple au sein d’une entreprise, d’échanger sur des projets en cours et de se transmettre des dossiers.
  • SnapScan est un système de paiement mobile permettant de régler des commerçants identifiés par un QRCode.

Retrouvez aussi notre carte interactive des tech hubs en Afrique

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale