Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Six start-up de co-cooking qui font peur aux restaurateurs

Synhorcat, le syndicat des restaurateurs, hôteliers et traiteurs, veut alerter le gouvernement sur l'essor des start-up permettant aux particuliers de se transformer en restaurateurs amateurs, et qui pourraient  bouleverser le secteur à l'image de celui de l'hôtellerie ou du taxi.  Quels sont ces sites de co-cooking qui font si peur aux restaurateurs ? L'Usine Digitale vous les présente.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Six start-up de co-cooking qui font peur aux restaurateurs
Six start-up de co-cooking qui font peur aux restaurateurs © Voulez vous diner

Ce 31 août, la secrétaire d'Etat au commerce Martine Pinville a reçu les représentants du Synhorcat, le syndicat des restaurateurs, hôteliers et traiteurs. Ceux-ci veulent alerter le gouvernement sur l'essor des start-up permettant aux particuliers de se transformer en restaurateurs amateurs. Didier Chenet, le chef de file des professionnels, estime que 3 000 Français sont aujourd'hui inscrits sur des sites de cuisine collaborative. Sans régulation, craint-il, ce nombre pourrait exploser dans les prochains mois. De quoi bouleverser le secteur à l'image de celui de l'hôtellerie, bousculé par l'émergence de plates-formes comme AirBnB. Quels sont ces sites de co-cooking qui font si peur aux restaurateurs ? L'Usine Digitale vous en présente six.

 

Vizeat, faire découvrir la culture locale aux touristes

La plate-forme Vizeat (qui a croqué en 2015 le site concurrent Cookening) permet aux touristes de découvrir la cuisine d'un pays ou d'une région grâce à un repas chez l'habitant. Des "diners sociaux" peuvent être organisés dans plus de 55 pays. L'hôte fixe librement le prix de son repas et perçoit 100% de la somme. Les personnes reçues paient 15% de plus, le site prélève cette commission.

 

Kelplat mise sur la proximité

Grâce à la géolocalisation, Kelplat permet aux Parisiens de se rapprocher des cuisiniers amateurs les plus proches de chez eux pour acheter des petits plats faits maison. Le prix est fixé librement par le cuisinier, la plate-forme ajoute à ce tarif 10% de commission. Le site a été lancé le 25 juillet 2015. Un système de livraison payante est à l'étude : pour le moment, l'acheteur doit récupérer le plat au domicile du cuisinier amateur.

 

Voulez vous diner, soirées à thème

Depuis 2010, Voulez vous diner propose des diners à thème aux touristes de passage et aux habitants. Le site suggère un prix, en fonction du repas, mais l'hôte est libre de fixer le tarif de son choix (et même proposer un repas gratuit, s'il le souhaite). La start-up ajoute des frais correspondant à 20% du prix du diner.

 

Comuneat et mon voisin cuisine : pour mettre du beurre dans les épinards

Comuneat met en relation gourmets et cuisiniers. Particularité du site : plusieurs modes de récupération des plats sont disponibles : c'est au cuisinier d'opter pour l'organisation logistique qui lui convient le mieux… et lui permettre de rentrer dans ses frais, voire de gagner un peu d'argent.

 

Le site Mon voisin cuisine se présente lui aussi comme un réseau social de proximité permettant de partager des plats faits maison, facturés à la part. Le projet fait l'objet d'une campagne de financement participatif en avril 2014 ; le site a été lancé début 2015, il compte 200 toques dont 20 "talents certifiés".

 

Super marmite : l'art d'accommoder les restes

Vous préparez un plat en format XXL et n'allez pas tout consommer ? Super Marmite vous propose de vendre les portions en trop aux membres du site. La start-up est l'un des leaders du secteur naissant avec une communauté de 4 000 cuisiniers et gourmets.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Mr Tillier
01/09/2015 10h12 - Mr Tillier

Apres 40 ans de cuisine et d'experience, certaines tantes ou oncles cuisinent bien mieux que certains restaurateurs... Le talent et la qualite doivent faire la difference. Pas la methode de distribution (facebook, uber, petites annonnces).

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale