Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Sofiane, Vegedream, FIF… Royaltiz propose de miser sur la réussite de talents

Royaltiz est une toute nouvelle plateforme qui permet de financer des talents en échange d'une partie de leurs futurs revenus. A son lancement, la start-up recense des personnalités connues comme Sofiane, Vegedream, FIF ou Babalahziz. L'objectif, dans un premier temps, est de bâtir une communauté avant d'ajouter des talents moins ou pas connu.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Sofiane, Vegedream, FIF… Royaltiz propose de miser sur la réussite de talents
Sofiane, Vegedream, FIF… Royaltiz propose de miser sur la réussite de talents © Royaltiz

Miser sur des talents et tirer des bénéfices de leur réussite, c'est l'objectif de Royaltiz. Cette marketplace française, qui voit le jour ce mardi 27 juillet 2021, souhaite permettre à tout un chacun de lever des fonds auprès de personnes qui croient en eux pour les aider dans leur projet. Les détenteurs de ces ROY, sorte d'actions associées à la personne, pourront soit les revendre soit les garder et tirer profit des gains réalisés par la personnalité sur l'année. Royaltiz est un moyen de "populariser la finance", selon son CEO et cofondateur Christophe Vattier.

Acheter une partie des futurs revenus
Concrètement, un talent qu'il soit sportif, musicien, danseur, entrepreneurs ou autre peut mettre en vente une partie de ses revenus. Une côte est attribuée à cet artiste et des ROY, contenant un pourcentage de ses revenus futurs, sont mis en vente sur la marketplace de Royaltiz pendant un laps de temps précis (souvent 15 jours). Il est possible d'acheter des ROY durant cette période à un coût fixe qui fluctuera par la suite selon la côte du talent. A l'issue de cette mise sur le marché, le talent se verra reversé la somme collectée – moins un pourcentage prélevé par Royaltiz qui gagne également de l'argent via les frais de transaction pour les mouvements réalisés sur sa plateforme.

Pour les premiers talents, le ROY sera de deux euros, mais "à l'avenir, le prix de lancement d'un ROY pourra varier entre 1 et 10 euros", précise Christophe Vattier. Puis, la valorisation du ROY fluctuera en fonction du talent et de ce qu'il fait. Il est alors possible de revendre les ROY auprès d'autres fans, soit en réalisant des bénéfices soit à perte. Il est également possible de garder ces ROY et toucher une partie des bénéfices réalisés dans l'année par le talent. Par exemple, un talent peut choisir de mettre en vente 1% de ses revenus, ce qu'il signifie que tous les ans il doit reverser 1% de ses revenus répartis entre les personnes détentrices de ses ROY.

"Royaltiz signe des contrats avec l'ensemble des talents", rassure Christophe Vattier. La marketplace peut ainsi, accéder aux différents contrats noués par les talents pour vérifier les gains réalisés sur l'année. Comme avec les impôts, "quand vous voulez tricher, vous trichez, ajoute Christophe Vattier. Mais si les talents trichent, c'est leurs fans qu'ils volent". Pour l'instant, les contrats sont signés pour 10 ans, ce qui signifie que les artistes sont cotés sur Royaltiz pendant ce laps de temps et doivent reverser la partie définie de leurs revenus durant cette période.

Sofiane, Vegedream, FIF, Babalahziz…
"Ce projet est né d'une frustration : de ne pas pouvoir soutenir les gens rencontrés en lesquels on croit, relate Christophe Vattier. Aujourd'hui, il est impossible d'investir pour les aider à réussir". Le cofondateur ajoute être persuadé que Royaltiz "est dans l'ère du temps" et tout particulièrement pour les 18-35 ans qui ont "une vrai méfiance envers les institutions publiques et privées" mais "font confiance à d'autres personnes". Personnes sur lesquelles ils pourront désormais miser.

Pour son lancement, Royaltiz s'est tourné vers des personnalités de la culture urbaine. Sont ainsi recensés sur la plateforme : Sofiane Zermani connu sous les noms de scène Sofiane et Fianso; Satchela Evrard Djedje ou Vegedream; Faouzi Saddouki ou Alrima; Joe Gilles ou Joé Dwèt Filé; Tobossi Fignagnon ou FIF; Salim Sebbar ou Babalahziz. D'autres noms du monde sportif, et notamment du football, devraient venir enrichir la plateforme de Royaltiz en septembre prochain.

Christophe Vattier assure que "la plateforme a une vraie vocation sociale et que le but est de permettre à des gens de réussir". Toutefois, pour le lancement, il est nécessaire d'avoir des gens connus pour que les fans investissent. Quand suffisamment d'utilisateurs seront présents sur Royaltiz, il sera possible d'ajouter des gens sans communauté et peu ou pas connus. La start-up espère ouvrir sa plateforme "d'ici la fin de l'année à des gens inconnus", ajoute Christophe Vattier.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.