Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Softbank accuse 6,5 milliards de dollars de pertes suite à ses investissements dans WeWork, Slack et Uber

Analyse Softbank a présenté ses résultats trimestriels mardi 6 novembre 2019. Le conglomérat japonais encaisse d’importantes pertes pour la première fois en 14 ans. La conséquence d’une stratégie d’investissements dans des sociétés au modèle économique bancal, telles que WeWork, Slack et Uber, à laquelle il n'entend paradoxalement pas mettre un terme.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Softbank accuse 6,5 milliards de dollars de pertes suite à ses investissements dans WeWork, Slack et Uber
Softbank accuse 6,5 milliards de dollars de pertes suite à ses investissements dans WeWork, Slack et Uber © Softbank

"Ma décision d’investir était mauvaise de bien des façons." Masayoshi Son, président-fondateur de Softbank, a convenu s’être quelque peu emballé lorsqu’il a décidé de parier sur la start-up WeWork en 2016. Après avoir injecté plus de 8 milliards de dollars dans le spécialiste new-yorkais de la location de bureaux partagés (coworking) entre 2017 et 2019, son entreprise paie aujourd’hui la facture de sa précipitation.

 

Mardi 6 novembre 2019, le conglomérat japonais a annoncé ses résultats trimestriels... et ceux-ci ne sont pas bons. Pour la première fois en 14 ans, il encaisse même des pertes importantes, de l’ordre de 6,5 milliards de dollars. La relation de cause à effet est claire : c’est son fameux fonds d’investissement Vision Fund – lancé en partenariat avec l’Arabie saoudite en 2016 – qui tire l'entreprise vers le bas.

 

softbank attend UN effet rebond

En cause : une succession de dépréciations de valeur dans les actifs de Vision Fund. La valorisation de WeWork, qui a atteint jusqu’à 47 milliards de dollars, est retombée à 7,5 milliards de dollars… et ce uniquement grâce à un plan de sauvetage soumis in extremis par Softbank. La plate-forme de communication collaborative Slack, autre grand pari du conglomérat japonais, a vu son cours chuter de 40% depuis son introduction en bourse fin juin. Uber, dans lequel le groupe de Masayoshi Son a investi 7 milliards de dollars, a, pour sa part, perdu 30% de sa valeur depuis sa première cotation à Wall Street en avril. Alors qu'il a affiché des pertes colossales de 5 milliards de dollars au second trimestre, le géant du VTC a continué de perdre de l'argent (1,2 milliard de dollars) au troisième semestre.

 

Pour autant, Masayoshi Son dit avoir foi en l’avenir de WeWork. Le multimilliardaire juge que la start-up constitue toujours une "affaire solide" et que ses bénéfices finiront par grimper en flèche. Doté de 100 milliards de dollars au départ, le Vision Fund a déjà investi 70,7 milliards de dollars dans quelque 88 entreprises. Ces contre-performances n’auraient pas dissuadé le patron de Softbank de mettre sur pied un second fonds avec une enveloppe similaire. Aucun détail quant aux négociations en cours n’a, pour l’heure, fuité. Le conglomérat ne s'est pas aventuré à rendre publiques ses projections de croissance pour l’année en cours, estimant que "trop de facteurs d’incertitude" persistent à ce jour.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale