SoftBank subit des pertes record en raison de ses investissements dans WeWork et Uber

SoftBank a enregistré 8,8 milliards de dollars de pertes sur l'exercice qui s'est clôturé fin mars. Le conglomérat japonais est très fortement touché par les mauvais investissements de son Vision Funds, qui affiche 17,7 milliards de dollars de pertes dues notamment à WeWork et Uber.

Partager
SoftBank subit des pertes record en raison de ses investissements dans WeWork et Uber

SoftBank a publié lundi 18 mai 2020 les résultats de son exercice qui s'est clos fin mars. Le conglomérat japonais a des pertes qui s'élèvent à 8,8 milliards de dollars. Le Vision Funds, son fonds d'investissement dédiés aux technologies de rupture, affiche à lui seul des pertes de 17,7 milliards de dollars. Celles-ci sont majoritairement dues à ses investissements dans WeWork et Uber.

10 milliards de dollars de pertes liées à WeWork et Uber

Au total, SoftBank a investi près de 75 milliards de dollars dans 88 start-up qui aujourd'hui ne valent plus 69,6 milliards de dollars, détaille Reuters. Les investissements de SoftBank dans WeWork et Uber représenteraient près de 10 milliards de dollars de pertes à eux seuls. La valorisation de ces deux acteurs a chuté. Si Uber est fortement affecté par la pandémie de Covid-19, les déboires de WeWork remontent à plus loin.

La valorisation de WeWork est désormais tombée à 2,9 milliards de dollars, relève Bloomberg, contre plus de 47 milliards de dollars à son plus haut. Si la crise liée à la pandémie de Covid-19 affecte le spécialiste des bureaux partagés, sa chute a commencé bien avant. Le conglomérat japonais a injecté plus de 16 milliards de dollars dans WeWork, qui a fait marche arrière sur ses envies d'IPO et a vu sa valorisation s'effondrer. Dans un premier temps, SoftBank a souhaité racheter WeWork avant de se désengager. Entraînant un conflit qui pourrait être coûteux et se terminer devant les tribunaux.

A noter que SoftBank a aussi investi dans OneWeb et son projet de fourniture d'internet par satellite. Faute d'investissement, l'entreprise s'est placée en faillite fin mars. Les 7,5 milliards de dollars de pertes restant sont dus à ses autres investissements qui sont très affectés par la crise actuelle liée à la pandémie de Covid-19, ajoute Reuters.

Jack Ma quitte le conseil d'administration de SoftBank

Le président Masayoshi Son, a ajouté que SoftBank ne donnerait peut être pas de dividendes cette année, relève Bloomberg. A la recherche d'argent, le conglomérat japonais vend même des parts dans Alibaba pour renflouer ses caisses. SoftBank a levé 11,5 milliards de dollars via des contrats de cession d'actions, selon Bloomberg. SoftBank était l'un des premiers grands soutiens d'Alibaba lors de sa création. Fin 2019, il possédait encore 25,1% de la plate-forme de commerce chinoise en ligne.

Jack Ma, le fondateur d'Alibaba, va quitter fin juin le conseil d'administration de SoftBank au sein duquel il siégeait depuis 13 ans. Aucune explication n'est donnée. Mais, depuis plusieurs mois déjà, Jack Ma s'éloigne des affaires pour se tourner vers des activités plus philanthropiques. Il a quitté la présidence exécutive du conseil d'administration d'Alibaba en septembre dernier. Toujours présent au conseil d'administration, Jack Ma doit le quitter à l'occasion de l'assemblée générale des actionnaires qui aura lieu cette année.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS