Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Soutenir des start-up pour leur vendre de l’espace de bureau

Le promoteur immobilier britannique Canary Wharf Group sponsorise l’accélérateur de start-up londonien Level 39. En soutenant la crème de la crème des start-up, pour qu’elles grandissent vite et qu’elles embauchent de nombreux salariés, l’entreprise espère leur vendre des bureaux dans l’un de ses nouvelles tours. Une politique gagnant-gagnant.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Soutenir des start-up pour leur vendre de l’espace de bureau
Soutenir des start-up pour leur vendre de l’espace de bureau © Chris Eason - Wikimedia Commons

16h. Les cloches de Big Ben viennent de sonner, c'est la ruée vers les cookies dans la salle de détente de l’accélérateur de start-up londonien Level 39. Les entrepreneurs s'arrachent aux écrans de leurs ordinateurs pour l'une de leurs séances quotidienne de networking, autour de la grande table-bar.

Entretenir son réseau est un art délicat. Sa maîtrise est essentielle pour les créateurs d'entreprises à la recherche de nouveaux marchés, ou d’investisseurs pour développer leur business. "Level 39 est un lieu où de nombreux financiers passent, car il est situé en plein cœur du quartier des affaires. Il faut toujours être sur le qui-vive. La première fois que je suis venu ici pour passer un entretien, j'ai rencontré dans l’espace détente un Japonais avec qui je travaille maintenant pour exporter mon logiciel en Asie. Je ne faisais même pas encore partie de l’accélérateur", s’exclame Jean-Luc Nicoué, fondateur de la start-up Vicking qui a développé un programme de reporting pour les banques.

Plus de 700 candidats

Level 39 a été inauguré en grande pompe en mars 2013 par Boris Johnson, le maire de Londres. Cet espace est réservé aux jeunes pousses qui développent des technologies pour le secteur de la finance, de la distribution et du BTP. Il accueille 60 start-up, triées sur le volet parmi plus de 700 candidates. L’accélérateur attire les entrepreneurs car les bureaux y sont abordables, dans une ville où l'immobilier est très cher (le tarif de base de Level 39 est de 300 pounds par mois et par personne).

Il est aussi installé à une prestigieuse adresse londonienne : dans le One Canada Square. Ce gratte-ciel installé au coeur du quartier des affaires a longtemps été le plus haut de Londres, avant de se faire doubler par la London Bridge Tower. "Lorsque l’on fait venir de potentiels investisseurs au 39e étage de ce building mythique, on a déjà fait la moitié du travail. Ce lieu les met en confiance", se félicite Jean-Luc Nicoué.

Une nouvelle tour intelligente

Qui paye tous les mois pour que ces jeunes entreprises s’installent dans l’équivalent britannique de la plus haute tour de la Défense ? Canary Wharf group, un promoteur immobilier anglais. Il a construit depuis le début des années 2000 plus d’espaces de bureau que toutes les autres sociétés du secteur à Londres.

La firme est propriétaire de 0,40 kilomètre carré de terrain dans le quartier de Canary Wharf, le second centre financier de la capitale anglaise après la City. Elle construit en ce moment une tour sur un espace situé à l’est de Canary Wharf, baptisé Wood Wharf. Ce gratte-ciel sera réservé à 50% aux entreprises.

Créer ses futurs clients

"Canary Wharf Group veut que notre accélérateur sélectionne la fine fleur des start-up. Ces sociétés ont un important potentiel de développement. Et qui dit développement dit embauche de nouveaux salariés, et donc location de bureaux pour les accueillir. Canary Wharf espère que ces jeunes pousses loueront des locaux dans ses immeubles", explique Eric Van der Kleij, à la tête de Level 39.

Pour les y pousser, le groupe leur a réservé le 42e étage de la tour où est situé Level 39. Ils peuvent s’y installer une fois qu’ils ont plus de 7 salariés. "L’objectif final du promoteur immobilier qui nous finance est de louer les bureaux de sa nouvelle tour intelligente de Wood Wharf aux start-up qui auront percé", conclu le boss de l'incubateur.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale