Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Splacer, le Airbnb de l’évènementiel né en Israël qui perce aux Etats-Unis

Conçue à Tel Aviv et lancée à New York en 2015, la plateforme Splacer relie propriétaires de lieux uniques et organisateurs d’évènements.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Splacer, le Airbnb de l’évènementiel né en Israël qui perce aux Etats-Unis
Splacer, le Airbnb de l’évènementiel né en Israël qui perce aux Etats-Unis © Splacer

Assurer la médiation entre des propriétaires de lieux et des personnes qui veulent organiser des événements professionnels, des rassemblements culturels ou encore des mariages… C’est la mission que remplit la plateforme Splacer  aux Etats-Unis depuis 2015. "Les restaurants ou les bars qui ouvrent la nuit peuvent par exemple louer leurs espaces pendant la journée", explique Lihi Gerstner, la cofondatrice de cette startup qui a déjà levé 7 millions de dollars et compte 25 employés. "Mais les utilisateurs peuvent aussi opter pour une église abandonnée ou pour une usine, ils cherchent des lieux originaux", précise-t-elle.

 

A New York, Splacer propose aujourd’hui plus de 450 espaces avec des tarifs pouvant aller de 40 $ à 5000 $ de l’heure. Idéal pour les sociétés de production ou encore les photographes qui sont intéressés par ce type de lieux hors du commun, et viennent chercher une offre à moindre coût et simple d’accès. De nombreux outils sont en effet disponibles sur le site, notamment pour une recherche ciblée. Les propriétaires peuvent aussi restreindre l’usage de leurs lieux comme en interdisant par exemple les mariages ou en restreignant la capacité d’accueil.


Comme Airbnb, la start-up perçoit une commission sur chaque réservation. La plateforme américaine a inspiré les fondateurs de Splacer mais pas seulement. Selon Lihi Gerstner, "Uber, Lyft, Fiverr, toute la gig economie (le business des petits boulots) est également très intéressante pour nous. Le fait que les gens ouvrent leurs maisons ou leurs voitures à des étrangers, qu’ils se lancent dans un micro-entreprenariat nous a permis de développer Splacer."


Le kibboutz comme source d’inspiration

"Un espace n’a pas qu’une seule fonction", souligne Adi Biran, l’autre co-fondateur de Splacer. Comme Adam Neumann, créateur de Wework , Biran est né dans un kibboutz en Israël. Tous deux ont été influencés par une certaine idée du partage. Une seule salle à manger pour tous, des espaces collectifs communs pouvant remplir plusieurs fonctions : théâtre, musique, salle de réception, conférence… Cette idée de partage a rejoint celle d’un constat : beaucoup trop d’espaces sont inutilisés.

 

Architectes à Tel-Aviv, Adi et Lihi ont développé leur MVP (Produit Minimum Viable) en 2014 en répertoriant 100 différents endroits dans la capitale économique d’Israël. "Nous avons persuadé nos amis d’inclure dans notre liste leurs espaces et d’utiliser la plate-forme. Splacer a vraiment pris racine à Tel-Aviv et de là nous avons pu expérimenter notre concept, le développer et le transposer aux Etats-Unis où les débouchés sont plus importants", confie Lihi.


Aujourd’hui, la start-up israélienne veut se concentrer sur le marché américain. Après New York, San Francisco et Los Angeles, Splacer a ouvert sa plateforme à Miami le 17 février dernier. Mais son modèle est mondial. Un développement est prévu en Europe, mais aussi en Israël, avec pour objectif de revenir aux sources du projet.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale