Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Tahiti lance son tout premier incubateur de start-up. Et bientôt French Tech Polynésie ?

mis à jour le 17 mars 2017 à 05H40
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Stéphane Chin Loy, président de la CCISM (Chambre de Commerce, d'Industrie, des Services et des Métiers) de la Polynésie française, et Christian Vanizette, start-upper star originaire de Tahiti, ont profité du Digital Festival Tahiti 2017 pour annoncer le lancement de PRISM, le tout premier incubateur de start-up de la région. L’appel à candidatures est lancé dès le 18 mars 2017. Ambition exprimée à demi-mot : créer un territoire French Tech en Polynésie.

Tahiti lance son tout premier incubateur de start-up. Et bientôt French Tech Polynésie ?
La CCISM ouvre Prism, le tout-premier incubateur de start-up en Polynésie française. © Stéphanie Mundubeltz-Gendron

La Polynésie française accélère sa transformation numérique et compte bien le faire savoir. Dans ce cadre, la CCISM a profité de l’ouverture du Digital Festival Tahiti, qui se tient du 16 au 18 mars 2017, pour lancer l’appel à candidatures pour l’ouverture de PRISM, son propre incubateur de start-up. La CCISM souhaite ainsi inciter les jeunes Polynésiens à entreprendre et se lancer et accompagner les projets de start-up les plus prometteurs. "L’objectif est de recenser les start-up polynésiennes afin de les accompagner dans leur développement", explique Stéphane Chin Loy, président de la CCISM, interviewé par L’Usine Digitale.


Rayonner à l’international

"Nous souhaitons ainsi donner une vision plus professionnelle. Car des start-up, c’est bien, mais il faut qu’elles aient une vision à l’international, qu’elles dépassent les frontières et cassent les barrières", poursuit-il. Or, de par son ancrage géographique, la Polynésie française est largement connectée à l’Asie, les Etats-Unis et l’Amérique du Sud. Une position stratégique pour aller séduire les investisseurs étrangers de ces zones mais aussi s’y développer. "Nous voulons créer un effet de levier pour lever des fonds à l’international".
 

Pour ce projet d’incubateur, Stéphane Chin Loy ne cache pas s’être fait accompagner de la French Tech, et de Christian Vanizette, le start-upper star du pays, cofondateur de plateforme numérique Make Sense et de l'incubateur SenseCube à Paris, qui figure parmi les "30 Européens de moins de 30 ans les plus influents". Fort de son expérience dans l’accompagnement de start-up sociales et innovantes, il partage son expertise et accompagne la mise en œuvre de l'incubateur.


Un espace dédié pour 10 start-up

La clôture des candidatures est fixée au 30 avril 2017 pour un démarrage dès le 18 mai dans l'incubateur. Au total, 6 à 10 projets seront sélectionnés pour rejoindre PRISM. La construction d’un nouveau bâtiment est en projet pour les accueillir. En attendant, les start-up retenues seront accueillies au 2e étage du siège durant 6 à 12 mois, dans un espace de 150 mètres carrés équipé du très haut débit et du Wifi. "Tout est prêt, se réjouit Stéphane Chin Loy, il ne reste plus qu’à installer les coussins et la machine à café". De la déco, certes, mais le président y tient : "J’ai découvert les incubateurs parisiens et j’ai été très étonné par cet esprit jeune et le style branché. Nous voulons faire la même chose".

 

Deux personnes à plein temps, Capucine et Amandine, seront en charge d’accompagner ces start-up dans l’élaboration de leur projet, l’établissement du business plan, la stratégie de communication…"On les forme actuellement aux méthodes d'accompagnement des start-up", indique Christian Vanizette lors d'une conférence-débat organisée le 17 mars dans le cadre du Digital Festival Tahiti. Par ailleurs, les start-up sélectionnées auront accès à un réseau de mentors pour les aider à monter leur projet.
 

Mais le projet ne se limite pas à l'amorçage. "L'objectif derrière est de créer un réseau French Tech en Polynésie, et de connecter les start-up avec les entreprises pour les accélérer", avance Christian Vanizette. Et Jean-Romain Micol, responsable des Métropoles French Tech également sur place, de conclure : "Avoir un bâtiment totem et un lieu bien identifié est important pour constituer l'écosystème et bénéficier d'une plus grande visibilité". Si l'antenne French Tech en Polynésie française n'est pas encore lancée, elle est bien en cours de réflexion. "J'aimerais que nous ayons un concept qui puisse prendre cette allure", a glissé à L'Usine Digitale, Jean-Christophe Bouissou, Ministre de l'Economie Numérique de Polynésie française depuis février 2017. En attendant, la French Tech a profité du Festival pour organiser sa première "Soirée French Tech" le 17 mars... Une première étape ?

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Inconnue

18/03/2017 21h22 - Inconnue

Super idée! Mais dans cet article je ne vois à aucun moment le nom de Christophe Gomez qui a lancé le projet et tout fait pour que cela fonctionne. ... Celui qui mérite qu'on lui dise bravo! Donc bravo et félicitations Christophe Gomez!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale