Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

TF1, M6 et Canal+ estiment ne pas lutter à armes égales contre les géants américains de l'internet

Dans une lettre envoyée le 11 février à la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, les PDG des groupes de télévision TF1, M6 et Canal+ formulent un cahier de doléances pour anticiper l'arrivée prochaine en France des géants américains de l'internet et de la diffusion de contenus Netflix et Google TV.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

TF1, M6 et Canal+ estiment ne pas lutter à armes égales contre les géants américains de l'internet
TF1, M6 et Canal+ estiment ne pas lutter à armes égales contre les géants américains de l'internet © Daniel Rodet - Wikimedia

"Ce n'est pas une crise économique que traversent TF1, Canal+ et M6, mais une mutation industrielle accélérée (...) menaçant à terme leur pérennité". Inquiets du débarquement prochain en France des plates-formes internet de vidéo à la demande, les grands groupes de télévision passent à l'offensive.

Le 11 février, les PDG des groupes TF1, M6 et Canal+ ont rédigé une lettre commune dans laquelle ils font part à la ministre de la Culture et de la Communication de leur incapacité à "affronter à armes égales les géants de l'internet venus des Etats-Unis".

 

un "pacte de responsabilité" dans l'industrie audiovisuelle

Les trois dirigeants lâchent les noms de leurs déloyaux concurrents : "Google, Apple, Netflix, Amazon et Facebook". Des nouveaux acteurs qui jouissent d'un "modèle économique mondial", s'appuyant "sur des cadres législatifs et réglementaires plus souples" que ceux en vigueur en France, et pratiquant "une optimisation fiscale exorbitante", dénoncent Nonce Paolini, Nicolas de Tavernost et Bertrand Meheut dans une lettre révélée par L'Express.

Ils exigent la mise en place d'un "pacte de responsabilité" pour continuer de rester armé dans un "marché violemment percuté par des acteurs transnationaux puissants" : remise en question des taxes sectorielles, demande de libéralisation de l'audiovisuel français, sanctuarisation du principe de chronomogie des médias... Autant de mesures qu'ils estiment indispensables à leur survie.

Le géant américain de la vidéo à la demande Netflix fait depuis plusieurs années des appels du pied aux gouvernements successifs pour se lancer en France. Une rencontre à l'Elysée en décembre 2013 et des discussions avec la ministre de l'Economie numérique Fleur Pellerin au CES de Las Vegas en janvier laissent présager un lancement de ce service à l'automne 2014.

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale