Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Toshiba crée un consortium dédié à l'IoT et veut y intégrer 100 entreprises japonaises

Toshiba crée un consortium dédié au développement de services IoT. L’ambition du fabricant : y intégrer 100 autres entreprises japonaises, issues de toutes les industries, pour stimuler la co-innovation en matière d’objets connectés.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Toshiba crée un consortium dédié à l'IoT et veut y intégrer 100 entreprises japonaises
Toshiba crée un consortium dédié à l'IoT et veut y intégrer 100 entreprises japonaises © Flickr / Seika

Au départ, un simple constat. Selon un livre blanc publié par le gouvernement japonais, 90% des entreprises manqueraient d’experts en informatique capables d’intégrer des objets connectés à leur activité. L’IoT peine donc à prendre dans ce pays pourtant féru de haute technologie. C’est dans le but d’accélérer son adoption que Toshiba a annoncé mardi 5 novembre 2019 la création d'un consortium entièrement dédié à cette thématique. Le fabricant dit vouloir, à terme, y intégrer quelque "100 autres entreprises issues de toutes les industries" dans une démarche de cocréation.

 

NEUF ENTREPRISES INTéRESSéES

Formalisé d’ici à la fin de l’année, le groupe démarrera son activité en avril 2020. Baptisé ifLink Open Community, ce dernier regroupera des acteurs académiques et industriels. Son objectif, selon Toshiba : "créer un environnement propice à ce que les utilisateurs créent eux-mêmes de la valeur en combinant divers modules et à ce que les entreprises jouissent de nouvelles opportunités commerciales." Le fabricant semble envisager, en premier lieu, de connecter les produits électroménagers fabriqués par les entreprises membres pour les rendre contrôlables via une application pour smartphones.

 

Neuf entreprises se sont d’ores et déjà montrées intéressées pour rejoindre le consortium. Notamment les opérateurs télécoms Softbank et KDDI – via son fournisseur d’accès spécialisé Soracom –, qui pourraient rapidement s’imposer comme des maillons cruciaux de la chaîne… au bénéfice d’équipementiers tels que Alps Alpine et Kyocera ou de fournisseurs de services tels que Tokyo Gas. A travers le consortium, ces différents acteurs verront leurs échanges facilités grâce à une plate-forme qui leur permettra de travailler ensemble pour lier différents objets connectés ou services en ligne.

 

UN MODèLE INSPIRé par AMAZON

Déjà impliqué dans le domaine de l’IoT via son service ifLink, qui permet notamment de connecter une application pour smartphone à ses appareils électroménagers, Toshiba semble s’être inspiré d’Amazon pour donner vie à ce nouveau consortium. Historiquement, le géant américain permet aux fabricants partenaires de créer des prototypes d’appareils connectés en se basant sur ses services cloud. Quelque 85 000 produits auraient déjà vu le jour grâce à ce programme. C’est le principe qu’aimerait transposer Toshiba avec ifLink Open Community, qui permettra de "développer des prototypes en un à deux jours, en combinant les produits d’autres entreprises". De quoi accélérer la mise sur le marché.

 

Un site dédié permettra, par la suite, d’exposer les différents articles mis au point par les membres du consortium. Pour adhérer à ce dernier, les entreprises devront s’acquitter d’un droit d’entrée – entre 30 000 et 3,6 millions de yen (250 et 30 000 euros) – variable selon leur taille. Le prix du succès, selon Toshiba, qui y voit un fort potentiel pour faire du Japon l’un des leaders mondiaux du domaine.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media