Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Tour de France de la French Tech : Lorraine, à l'Est... du nouveau

Quatre agglomérations de l'Est de la France s'unissent pour partir à la conquête du label French Tech : Thionville, Metz, Nancy et Epinal. Un territoire qui cultive des liens forts avec ses voisins luxembourgeois et allemands.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Tour de France de la French Tech : Lorraine, à l'Est... du nouveau
Tour de France de la French Tech : Lorraine, à l'Est... du nouveau © Agence Stelmaszyk

Plutôt que de partir isolées à la conquête du label French Tech, quatre villes de l'Est de la France ont décidé de se réunir sous la bannière "Lor'N'Tech". Cela tombe bien : Thionville, Metz, Nancy et Epinal sont déjà regroupées depuis 2011 dans un "pôle métropolitain européen" nommé "Sillon lorrain", la première structure de ce type en France. Le projet de rassemblement de l'écosystème numérique est de nature à créer de l'unité dans ce vaste territoire administratif à l'identité commune encore floue. L'un de ses atouts est son travail en commun avec deux pôles voisins : Luxembourg (qui compte de nombreux sièges sociaux européens de géants du web) et Sarrebruck.

Les spécialités

Le Sillon lorrain affiche son excellence dans quatre domaines : les matériaux (Metz accueille un IRT réputé sur son technopole, "Matériaux métallurgie procédés"), la santé (avec un pôle performant à Nancy), la gestion énergétique et le e-commerce.

Les entreprises motrices

Les pépites lorraines sont méconnues mais méritent qu'on s'y intéresse. Le messin Applicam (racheté par Moneo) est en pointe dans la dématéralisation des pass d'accès. Il a participé à la numérisation des Tickets restaurant. Pharmagest, à Nancy, conçoit des logiciels utilisés par la plupart des officines françaises et a conçu un e-pilulier. Miss numérique et Digit photo vendent du matériel photo sur Internet. Xilopix, à Epinal, a conçu un moteur de recherche d'images. La biotech Inotrem, installée à Nancy, qui met au point un traitement innovant contre les chocs septiques, s'est distinguée début 2014 par une levée de fonds de 18 millions d'euros. Enfin, l'opérateur télécom Adista, spécialisé dans les services aux collectivités, est né à Nancy, tandis qu'efluid, progiciel de gestion des clients utilisé par les professionnels de l'énergie comme EDF, est un spin-off de l'UEM (Usine d'éléctricité de Metz).

Les chiffres clés

La Lorraine compte 3 500 établissements dans les TIC, ce qui représente 10 400 emplois.

Les quartiers numériques

Puisque la candidature lorraine est multi-polaire, elle ne défend pas un seul lieu vitrine mais plusieurs qui travailleront en réseau. A Thionville, un espace sera réhabilité près de la gare pour accueillir le "bâtiment-totem" du numérique. A Metz, l'ancien entrepôt de bus, sur le site de Blida, devrait être le pôle d'attraction du numérique dans la cité, avec un accent mis sur la culture et la création.

Nancy mise sur le site des rives de Meurthes, un nouveau quartier d'affaires d'ores et déjà opérationnel, où est implanté le technopole Renaissance. Au milieu de cet espace remis en valeur, la Grande halle, un ancien abattoir entièrement rénové (photo ci-dessus), est une plate-forme d'expérimentation et de démonstration de plus de 2 200 m2.

Enfin, Epinal veut développer son espace numérique situé près de la gare, créé par la CCI des Vosges, pour pouvoir densifier son tissu de start-up.

Les événements

Beaucoup d'associations animent le territoire au quotidien. Parmi les événements de plus grande ampleur, on peut citer "Osez l'économie de demain" organisé par La Poste, le Carrefour des possibles, organisé dans le cadre du Lorraine digital day. La Lorraine accueille aussi des colloques universitaires d'ampleur internationale, reflets du dynamisme de la recherche universitaire dans la région.

Nurun, entreprise nancéenne tout juste rachetée par Publicis, prépare un grand événement lié au numérique pour 2015.

La com' - Le Logo

Puisque le dossier n'est pas totalement bouclé, la communication n'a pas encore réellement débuté. La version finale du dossier doit être expédiée fin septembre et présentée au public le 13 octobre à Epinal. Une concertation est en cours pour définir la charte graphique et le logo.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Vogmetz
06/12/2014 15h09 - Vogmetz

A La lecture de l'article on comprend que la candidature ne soit pas retenue,c'est un peu léger ....On postule pour exister pour recevoir de l'argent....pour un truc qui ne semble pas tenir la route.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale