Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Tour de France Digitale, étape 1 : à la recherche du "waouh effect"

La "caravane" France Digitale a fait étape à Lyon dans le cadre d'un tour de France à la recherche de la start-up la plus prometteuse. Neuf candidats ont défilé sous les yeux d'un jury composé de représentants de fonds de capital risque et business angels. Ambiance.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Tour de France Digitale, étape 1 : à la recherche du waouh effect
Tour de France Digitale, étape 1 : à la recherche du "waouh effect" © Sylvain arnulf - L'Usine Digitale

"Bonjour mon amour". C'est par ce message non équivoque qu'ont été accueillis les candidats de l'étape lyonnaise du premier "Tour de France Digitale". Une punchline, une invitation, inscrite en grosses lettres sur les tee-shirts des membres du jury, des experts en capital-risque et business angels.

Qu'on se rassure : les membres du jury ne sont pas passés des paroles aux actes avec les entrepreneurs qu'ils étaient chargés de juger. Quoique. L'ambiance, lors de cet après-midi de pitches lyonnais du 16 avril, première des cinq demi-finales, était résolument bienveillante et détendue. Pas question de saquer les postulants. "Bonjour mon amour, c'est une façon de dire aux entrepreneurs que sans eux, nous, les business angels et gérants de fonds d'amorçage, nous ne sommes pas grand-chose", sourit Emanuele Levi, du fonds 360 Capital Partners.

le pitch, un moment clé dans la vie d'un projet

Mais qui aime bien châtie bien. Et ambiance "cool" ne veut pas dire absence de compétition... avec 500 000 euros à la clé. Tandis que les neuf candidats ont déployé leurs arguments, en mode sketch, sermon,  dialogue imaginaire ou plaquette commerciale animée, les juges ont décortiqué les sites web des postulants, traqué les vides des budgets prévisionnels et sondé les intentions des candidats.

"Quelle est votre marge brute ?", "Vous ne sentez pas quelque chose de flottant dans votre modèle ?", "Ce type de site, il en existe des tas et ils ont tous soit pivoté, soit fermé"...  Les jurés appuient souvent là où ça fait mal – avec le sourire. "Le pitch a une importance centrale. C'est là qu'on voit si l'entrepreneur parvient à transmettre sa vision, explique Emanuele Levi, rodé à l'exercice. Il y a des choses que l'on ne perçoit pas à distance, depuis Paris dans une présentation en slides ou sur un tableau Excel. Il y a une dimension émotionnelle". C'est cela qui justifie, pour l'investisseur, que l'équipe de France Digitale se déplace aux quatre coins de France. "C'est aussi pour montrer qu'il y a de beaux écosystèmes en France, avec d'excellentes pépites en région", ajoute le membre de 360 Capital Partners, qui accompagne le concours aux côtés de Partech Ventures.

en quête de start-up ambitieuses

L'étape lyonnaise l'a prouvé, avec de beaux projets dans l'internet des objets, la domotique, le logiciel, les smart drones. Prochaine étape pour le Tour de France Digitale le 26 avril à Montpellier. Suivront trois autres arrêts dans des métropoles French Tech : Nantes, Bordeaux, Lille. Dix start-up sur les 60 au départ seront sélectionnées pour la grande finale en juin à Paris. Une seule sera primée. Quelles qualités doit-elle avoir, dans l'esprit du jury ? "De l'ambition, un appétit pour de gros marchés, une capacité de convaincre, la faculté de générer un "wow effect", résume Emanuele Levi. Les futurs candidats sont prévenus.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale