Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Transformation digitale : ça y est les ETI ont pris conscience du phénomène, selon EY

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Étude Le réveil a été un peu tardif mais il est bien réel. C'est ce qui ressort du 2e baromètre réalisé par EY et Apax Partners sur la transformation digitale des ETI. Les dirigeants ont largement pris conscience des enjeux. Ils ont adopté une stratégie et recruté les professionnels pour la mener à bien. Un sujet d'inquiétude : le retard des ETI industriels. Et un motif d'espérance : le monde à venir est une source d'espoir pour les dirigeants d'ETI. 

Transformation digitale : ça y est les ETI ont pris conscience du phénomène, selon EY
Pas besoin de se croire dans un épisode de Star Trek pour réussir la transformation digitale. © DR

Il y a juste un an, EY publiait le premier baromètre mesurant la transformation digitale des entreprises de taille intermédiaire (ETI) et L'Usine Digitale titrait sur l'inquiétant retard des ETI françaises. Est-ce la publication de ce document ou les multiples initiatives prises tous azimuts par les professionnels ? Toujours est-il qu'un an après, pour la deuxième édition du baromètre réalisé par EY et Apax Partners avec le soutien du METI, les dirigeants semblent avoir pris conscience du problème. 

 

Ainsi, 94 % des ETI considèrent la transformation digitale comme importante ou très importante. Une ETI sur deux considère la transformation comme très importante, la proportion tombant à 37 % dans l'industrie. 52% des ETI industrielles sont encore au stade exploratoire (le stade 2 sur les 4 identifiés dans l'étude : embryonnaire, exploratoire, développement, maîtrisé), quand 56 % des acteurs de la grande distribution sont déjà au stade 3. Les ETI industrielles sont 47 % à avoir lancé des expérimentations, mais plus d'une sur deux n'a toujours pas de feuille de route ou de stratégie.

 

Le DSI à la manoeuvre : une bonne nouvelle ?

Pour mener à bien leur transition digitale, les ETI en ont confié la responsabilité au DSI dans 75 % des cas étudiés. Mais ces derniers ne sont pas seuls aux manettes : le président ou le directeur marketing s'en occupent aussi dans une ETI sur deux. Enfin, un quart des ETI indique avoir un CDO pour mener à bien cette grande transformation. 

 

Comme l'an dernier, l'étude regarde ensuite les domaines dans lesquels les ETI sont engagées. On découvre ainsi que le numérique concerne d'abord la transformation de la relation client. 60 % d'entre elles déclarent avoir intégralment ou partiellement un CRM pour le faire. Signe de leur engagement, 73 % indiquent avoir un site Internet utilisable avec un téléphone mobile et 75 % des ETI répondent que leur site a été mis à jour il y a moins d'un an ou l'est en temps continu (une fois par an dans le monde numérique, cela semble finalement assez peu !).

 

Ton entreprise sur YouTube

Les ETI ont aussi accru leur présence sur les réseaux sociaux qu'il s'agisse de Linkedin (74%), Facebook (70 %)  ou YouTube (56%). Cette présence vise à promouvoir l'image de l'entreprise et promouvoir sa production. Une ETI sur deux interrogée explique s'en servir pour "optimiser le recrutement". La formulation est assez troublante. Est-ce à dire que le recrutement en ligne vient quand il a échoué par des canaux plus classiques ? Ou que tous les recrutements ont une déclinaison sur les réseaux sociaux et que les RH se sont adaptées à ce changement ? Il faudra peut être attendre l'année prochaine pour le savoir. Mais qu'on se rassure : ce domaine fait partie des domaines d'investissement prioritaires avec la cybersécurité, l'un et l'autre étant cité par près d'une ETI sur deux. Parmi les investissements annoncés figurent aussi la numérisation des process internes pour 47 % des entreprises. 

 

Reste que dans un pays où les débats tournent trop souvent sur les emplois que détruiront des technologies qui ne sont pas encore au point, 9 dirigeants d'ETI sur 10 - tous secteurs confondus - estiment que la transformation digitale est une opportunité. Ils sont donc 80 % à répondre qu'ils travaillent activement au déploiement de leur stratégie digitale. Mieux, près d'une ETI sur deux considère qu'elle recueille les fruits des efforts entrepris en la matière. Il n'y a plus qu'à attendre le troisième baromètre pour vérifier si l'essai est transformé ou non. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale