Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Transformation numérique : Fujifilm ou l'anti-Kodak

Tout le monde connait Fujifilm pour ses pellicules... Eh bien cette vision est aujourd'hui dépassée. Sans faire de bruit, le géant japonais de la photo a muté pour devenir un champion de la chimie de spécialité. Aujourd'hui, il opère notamment dans le domaine de la santé où il est en pointe dans la lutte contre le virus Ebola. Récit.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Transformation numérique : Fujifilm ou l'anti-Kodak
Attention, cet objet ne pèse plus que 15% du chiffre d'affaires de Fujifilm. Son métier d'avenir ? La santé et la cosmétique.

Fujifilm, c'est un peu l'anti-Kodak. Quand l'ex-géant mondial de la photographie a mis toute son énergie à tenter de sauver son business de pellicules photo, son challenger japonais, lui, a décidé de raisonner tout autrement pour encaisser le choc du passage de l'argentique au digital. Il ne s'est pas demandé comment il pouvait préserver son "vieux" business comme l'américain, mais quelles étaient ses compétences-clés... en faisant abstraction de son métier.

Le numéro 2 de la photo argentique a alors lancé une introspection pour identifier, en 2004, son "vrai" core-business. Cette démarche, baptisée "Vision 75", a duré cinq ans et a permis de redéfinir le groupe autour d'un savoir-faire : sa maîtrise des technologies chimiques. En analysant son portfolio technologique, Fuji a compris que son vrai métier n'était pas la photographie mais la formulation. Sa capacité à inventer de nouvelles molécules (il dispose d'un catalogue de 200 000 molécules) et à les produire de manière fiable constituait et constitue encore son meilleur savoir-faire.

Lire la suite sur Industrie & Technologies

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.