Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

TSMC envisage d’augmenter le prix de ses puces de 10 à 20 %

Vu ailleurs Leader mondial de la fabrication de puces électroniques basé à Taïwan, TSMC, serait sur le point d’augmenter ses prix en réaction à la pénurie mondiale qui touche le secteur. Principal fournisseur entre autres de Qualcomm, Apple, Nvidia et AMD, le fondeur risque de revoir ses tarifs jusqu’à 20% à la hausse.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

TSMC envisage d’augmenter le prix de ses puces de 10 à 20 %
TSMC envisage d’augmenter le prix de ses puces de 10 à 20 % © Peellden - CC BY-SA 3.0

La pénurie de semi-conducteurs franchit une nouvelle étape. Le plus grand fabricant de puces électroniques au monde, Taiwan Semiconductor Manufacturing Corporation (TSMC), prévoit d'augmenter les prix de ses technologies, croit savoir le Wall Street Journal.

Selon des sources au fait du sujet, TSMC envisage une hausse d'environ 10 % du prix de ses produits les plus avancés tandis que ses puces moins avancées, utilisées notamment par les constructeurs automobiles, coûteront quant à elles 20 % de plus. Ces nouveaux tarifs prendront effet à la fin de cette année ou au début de l'année prochaine, indiquent les mêmes sources.

Il y a quelques semaines, lors de la présentation des résultats trimestriels, le directeur général de l'entreprise taïwanaise, Charles Wei, a averti que la pénurie pourrait se prolonger jusqu'en 2022. Face à une demande en constante hausse, le fondeur taïwanais aurait prévenu ses principaux clients de sa nouvelle grille tarifaire qui contribuera à stimuler sa marge brute, dévoile United Daily News.

De nombreux clients potentiellement impactés
Dans le détail, le Taïwanais prévoit une augmentation de 10 % des prix pour les processus dont la finesse de gravure est inférieure à 12 nm et une hausse de 20 % pour les processus matures, avec une finesse supérieure à 12 nm. En 2020, le fondeur comptait environ 510 clients.

Il fournit notamment Qualcomm, Apple, Nvidia, Huawei et AMD. TSMC est également le seul fournisseur au monde capable de fabriquer des puces de ce niveau en quantités suffisantes pour répondre aux besoins d'Apple pour ses iPhones et autres produits. Apple représenterait à lui seul 25% du chiffre d’affaires du fondeur, qui va jusqu’à lui réserver ses dernières prouesses techniques des années à l'avance.

Apple a déclaré que l'impact de la pénurie de puces était moins grave que redouté mais s’inquiète d’être plus lourdement touché au quatrième trimestre, alors que la sortie de son iPhone 13 se profile. Il est possible que certaines entreprises décident de répercuter ces composants plus chers sur les prix affichés. 

Une pénurie qui paralyse de nombreux secteurs
Cette augmentation pourrait également contribuer à réduire une partie de la demande et contraindre certaines sociétés à réduire leur production. Récemment, General Motors a déclaré devoir mettre au chômage technique trois de ses usines d'Amérique du Nord. De son côté, Toyota a annoncé la semaine dernière qu'il réduirait sa production de 40 % en septembre pour faire face au manque de pièces.

Les gouvernements de nombreux pays, dont celui des États-Unis, cherchent à s’affranchir des fondeurs asiatiques en investissant massivement pour relocaliser une partie de la production de semi-conducteurs. TSMC prévoit pour sa part de nombreux investissements pour être en mesure de répondre à la demande et disposer d'usines hors d'Asie. Début 2021, le fondeur a annoncé une enveloppe de 100 milliards de dollars qu’il prévoit de dépenser d’ici 2023 pour renforcer ses capacités de production et sa R&D et financer un centre de fabrication de 12 milliards de dollars en Arizona.

Pour l’heure, TSMC a refusé de commenter ces potentielles hausses de prix mais a indiqué travailler en étroite collaboration avec ses clients. A noter qu'il ne serait pas le seul à avoir revu ses tarifs à la hausse, United Microelectronics Corporation aurait également augmenté certains de ses prix.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.