Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Tu as six mois devant toi pour exploiter le CES", Fabrice Marsella, maire du Village by CA

Le Village by CA s’envolera pour la quatrième année consécutive au CES, qui se tient du 8 au 11 janvier 2019 à Las Vegas. Fabrice Marsella, à la tête de cette structure d’accompagnement de start-up du groupe Crédit Agricole, nous explique l’intérêt de l’événement et nous livre quelques astuces pour réussir son CES.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Tu as six mois devant toi pour exploiter le CES, Fabrice Marsella, maire du Village by CA
"Tu as six mois devant toi pour exploiter le CES", Fabrice Marsella, maire du Village by CA © Village by CA

Le Village by CA sera de nouveau présent au CES de Las Vegas cette année. Quel est l'intérêt ?

Fabrice Marsella : Quand on est une structure d’accompagnement de start-up comme le Village by CA, le CES est un incontournable. On se doit d’y être. On met à disposition des start-up que l’on emmène les stands, la communication qui va avec, la déco et la technologie. De leurs côtés, elles se chargent du voyage, de l’hébergement et de la logistique. Le Village leur permet de faire caisse de résonance (auprès d’une cible internationale, ndlr) au cœur de l’Eureka Park.
 

Vous emmenez également une délégation de décideurs. Que viennent-ils chercher ?

F. M. : Ils viennent chercher une anticipation des usages BtoC qui vont changer nos manières d’interagir. Il y a dix ans, c’est la banque qui imposait son canal. Des entreprises comme Amazon et autres Gafa sont venues changer les modes d’interaction. Il est important de reprendre la main. Les tendances, pour les comprendre, soit tu lis un rapport, mais ce n’est pas très excitant, soit tu les vis… Et le CES est formidable pour cela.
 

Qu’est-ce qui change par rapport aux années précédentes ?

F. M. : Avant, les sujets tech et start-up étaient portés par les directions de l’innovation. La différence par rapport aux autres années, c’est qu’on emmène davantage de personnes issues des métiers (directions marketing et commerciales, DSI, directions régionales…, ndlr). C’est une projection directe dans le business. C’est un vrai changement.

Côté start-up, on est allé chercher davantage d’espace pour emmener davantage de start-up de tous les villages. On accompagne 17 start-up de 5 villages différents.

Les tendances, pour les comprendre, soit tu lis un rapport, soit tu les vis…

 

Avec le recul, quels conseils prodiguez-vous aux start-up que vous accompagnez ? Y a-t-il des clés pour réussir son CES ?

F. M. : C’est la quatrième année que nous nous rendons au CES. Donc on y va avec plus d’expérience. Il est certain que toutes les start-up n’ont pas rencontré le succès escompté. Mais un CES ne s’improvise pas. Il faut se poser trois grandes questions : Est-ce que j’ai le bon casting ? Est-ce que je suis bien organisé pour classer les contacts que j’ai pris ? Est-ce que je suis bien structuré pour faire du rabattage ? Pour cela, il faut être au minimum trois sur place : une personne qui rabat, une personne qui explique le produit et une personne en back-up, car il faut toujours qu’il y ait quelqu’un sur le stand.

Un CES ne s’improvise pas !


De même, la start-up qui va avec un prototype et qui crée de l’envie, si elle n’est pas prête dans les six mois, on l’oublie… Tu as six mois devant toi pour exploiter le CES. Donc, soit il faut une grande rigueur, soit il faut s'organiser en amont pour que le produit présenté soit prêt dans les temps. Ce qui compte aussi beaucoup sur place, c’est de rencontrer les acheteurs. Il faut être renseigné sur les événements en marge du CES. Il faut savoir en amont qui on veut rencontrer.

Au bootcamp que l’on organise en amont, on donne des astuces, comme embaucher un étudiant de Las Vegas qui va apprendre son texte et qui va identifier rapidement les interlocuteurs VIP américains. C’est aussi le petit cahier qui permet de noter ces VIP et de nommer quelqu’un dédié à la relance. Ce sont des choses très opérationnelles mais qu’il faut bien préparer...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale