Uber aurait proposé 1 milliard d'euros à BMW et Daimler pour Free Now

Uber aurait proposé plus d'un milliard d'euros à BMW et Daimler pour s'emparer de Free Now, leur filiale spécialisée dans les services de VTC. Free Now regroupe désormais le français Kapten, MyTaxi, Beat et Clever Taxi. Cette acquisition permettrait à Uber de renforcer considérablement sa position en Europe et en Amérique Latine.

Partager
Uber aurait proposé 1 milliard d'euros à BMW et Daimler pour Free Now

Les rumeurs se font de plus en plus précises. Uber lorgnerait sur Free Now, la filiale mobilité de BMW et Daimler dédiée aux services de VTC. L'Américain aurait proposé plus d'un milliard d'euros aux constructeurs automobiles pour s'emparer de leur coentreprise, rapporte Manager Magazin, un mensuel allemand spécialisé dans les affaires, la finance et la gestion.

Les constructeurs automobiles cherchent un modèle
Si Daimler serait partant pour vendre Free Now, Oliver Zipse, le PDG de BMW, est plus hésitant. Il préférerait, selon Manager Magazin, céder une participation dans cette coentreprise à Uber. Free Now, qui regroupe aujourd'hui les services de VTC Mytaxi, Kapten, Beat et Clever Taxi, a vu le jour en février 2019. Au même moment, 4 autres coentreprises formées par BMW et Daimler ont aussi été formées, chacune dédiée à un service de mobilité spécifique : Share Now, Park Now, Charge Now, Reach Now.

BMW et Daimler ne seraient pas les premiers à faire machine arrière sur un service de mobilité. Les constructeurs automobiles essayent de se diversifier et lorgnent du côté de ce secteur ultra-concurrentiel et peu rentable. Récemment, Renault a revendu son service de VTC francilien Marcel. General Motors a discrètement fermé son service de véhicule en auto-partage Maven. Ford a fermé son service de navettes partagées Chariot.

Uber, dans une logique d'acquisitions ?
Uber, de son côté, semble embarqué dans une stratégie de croissance externe. L'entreprise américaine, qui souhaitait racheter le service de livraison de repas à domicile Grubhub, s'est finalement rabattue sur Postmates l'été dernier. Un rachat dont le montant s'élève à 2,35 milliards de dollars et permet à Uber Eats de renforcer sa présence aux Etats-Unis. Côté VTC, Uber a récemment annoncé la création d'une coentreprise avec SK Telecom ainsi qu'un financement à hauteur de 150 millions de dollars dans le but d'implanter son modèle en Corée du Sud.

La même logique semble s'applique derrière le rachat de Postmates que l'éventuelle acquisition de Free Now. Que ce soit la livraison de repas ou le transport de personne, ces deux secteurs nécessitent de réaliser beaucoup de courses pour être véritablement rentables. Mais la concurrence est rude et la pandémie de Covid-19 a très fortement affecté le secteur du VTC. En s'emparant de Free Now, Uber consoliderait grandement sa position en Europe et en Amérique Latine.

Toutefois, l'entreprise de VTC a clairement mis en avant auprès des financiers son objectif de rentabilité. Souhaitant faire plus attention aux dépenses, Dara Khosrowshahi, le CEO d'Uber, s'entête à répéter que "l'ère de la croissance à tout prix est révolue". Mais cet objectif de rentabilité pourrait être décalé si Uber continue de racheter ses concurrents.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS