Uber commanderait 100 000 voitures autonomes à Mercedes

Tout en développant sa propre technologie de conduite autonome, Uber vient de commander 100 000 voitures autonomes à Mercedes. Le contrat pourrait avoisiner les 10 milliards de dollars.

Partager
Uber commanderait 100 000 voitures autonomes à Mercedes
Uber pourrait se tourner à l'avenir vers une clientèle premium

Selon le magazine allemand Manager Magazin, Uber et le constructeur allemand Daimler ont signé un contrat à long terme estimé à 10 milliards d’euros. Il porte sur la livraison de 100 000 Classe S autonomes à la start-up californienne, qui n’a pas confirmé l’information pour le moment. Livrées d’ici à 2020, les limousines seraient équipées de la technologie “Intelligent drive”, un système qui permet à la voiture de se passer de conducteur. Cette nouvelle est une surprise car on sait qu’Uber cherche à développer sa propre technologie depuis un an.

En 2015, la société de VTC avait fait un don de 5,5 millions de dollars (4,9 millions d’euros) à l’université Carnegie Mellon (CMU) pour lui permettre de recruter un nouveau directeur et trois chercheurs. Dans le même temps, la start-up de San Francisco avait signé en août 2015 août un partenariat avec l’université d’Arizona pour travailler sur l’optique au service de la cartographie, qui est évidemment un élément clé dans le développement des véhicules autonomes.

Uber en retard sur la technologie de la voiture autonome ?

S’il est sûr qu’Uber est moins en avance sur le développement de la voiture autonome que Google, par exemple, la firme dirigée par Travis Kalanick cherche néanmoins à occuper le marché de la VTC autonome et à… se passer de conducteurs.

Uber rencontre régulièrement des difficultés juridiques sur le statut des conducteurs. A San Francisco - la ville de son siège et de son lancement - la justice locale considère désormais que les chauffeurs Uber sont des salariés et non de simples indépendants fonctionnant "à la facture". Cette décision a notamment contraint la firme dirigée par Travis Kalanick à verser des indemnités de licenciement à un de ses anciens conducteurs. Et à Seattle, les chauffeurs auraient été autorisés à se syndiquer.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS