Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Uber et Lyft se font rappeler à l'ordre sur le statut des chauffeurs en Californie

Vu ailleurs Les chauffeurs de VTC sont désormais considérés comme étant des salariés en Californie. L'autorité californienne en charge des licences et de la régulation de certaines sociétés de transport vient de le réitérer auprès d'Uber et Lyft, qui devront ce plier à ce nouveau statut au 1er juillet. Elles y voient un risque existentiel car il détruirait leur business model.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Uber et Lyft se font rappeler à l'ordre sur le statut des chauffeurs en Californie
Uber et Lyft se font rappeler à l'ordre sur le statut des chauffeurs en Californie © piqsels

En Californie, les chauffeurs travaillant avec des plateformes de VTC sont bel et bien des salariés. La California Public Utilities Commission, l'autorité californienne en charge des licences et de la régulation de certaines sociétés de transport, dont Lyft et Uber, a officiellement plaidé dans ce sens dans un document publié mardi 9 juin 2020 et repéré par NBC News.

Un recours juridique et un référendum

Cette décision se conforme à la loi AB5 entrée en vigueur le 1er janvier 2020 dans cet état de l'ouest américain. La commission rappelle qu'Uber a déposé un recours devant une cour fédérale afin d'empêcher cette classification. D'autre part, elle évoque le référendum poussé par Lyft et Uber demandant à exclure les chauffeurs de VTC de cette loi, et dont le vote aura lieu en novembre. Mais ni ce recours juridique ni ce référendum n'affectent l'autorité de la Commission. Les chauffeurs sont présumés être des employés.

Le poids exact de cette décision n'est pas clair, ajoute NBC News. Mais la semaine dernière, le régulateur californien a aussi rappelé à ces sociétés leur obligation de fournir des compensations à leurs employés d'ici au 1er juillet. Si elles ne se plient pas à ces exigences, elles pourraient voir leur autorisation d'exercer révoquée.

Une période difficile pour Uber et Lyft

Uber et Lyft vont-ils vraiment se plier à ces exigences ? Personne ne peut le dire pour l'instant. Dans un communiqué transmis à NBC News, Uber se dit "déterminé à étendre les bénéfices et protections accordés aux chauffeurs". Toutefois, l'entreprise ajoute : "Si le régulateur californien oblige les entreprises de VTC à changer leur business model, cela affectera notre capacité à fournir des services fiables et abordables, et menacera aussi l'accès à ce travail essentiel pour des travailleurs californiens".

Ces annoncent interviennent à une période compliquée pour ces acteurs de la mobilité qui ont subit de plein fouet la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Les mesures de confinement ont entraîné une très forte chute de leur activité et les deux entreprises ont été contraintes de revoir leur objectifs annuels. Mais Uber et Lyft étaient prévenus. L'Etat qui a vu naître ces plateformes de "la gig economy" a adopté définitivement en septembre 2019 la loi dite AB5 requalifiant les chauffeurs VTC en salariés. Depuis, les entreprises telles qu'Uber, Lyft ou Postmates sont vent debout contre ce texte. Une telle requalification mettrait à mal leur modèle économique qui repose justement sur le fait de mettre en relation des autoentrepreneurs avec des particuliers.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media