Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Uber serait en discussion pour revendre sa division "véhicule autonome" à Aurora

Vu ailleurs Uber, dont les activités sont fortement affectées par la pandémie de Covid-19, repense sa stratégie pour se recentrer sur son coeur de métier. L'entreprise de VTC serait ainsi en discussion avec la start-up Aurora pour lui revendre sa division Uber ATG, en charge de la recherche sur le véhicule autonome. Une activité dans laquelle Uber a dépensé des milliards de dollars sans parvenir aux résultats escomptés.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Uber serait en discussion pour revendre sa division véhicule autonome à Aurora
Uber serait en discussion pour revendre sa division "véhicule autonome" à Aurora © Uber

Uber serait en discussion pour revendre sa division Uber ATG, en charge de la recherche sur le véhicule autonome. L'entreprise de VTC négocierait actuellement avec la start-up Aurora Innovation, rapporte TechCrunch. Le processus serait bien avancé puisque les deux entreprises plancheraient sur le sujet depuis le mois octobre. Uber et Aurora ont refusé de commenter l'information auprès du site d'informations.

La R&D d'Uber dans le véhicule autonome à l'arrêt
Aurora a été fondé en 2017 par d'anciens cadres provenant des divisions de Google, Tesla et Uber travaillant sur la conduite autonome. La start-up, qui se concentre sur le développement d'une plateforme logicielle, compte aujourd'hui 600 employés. Avec une telle acquisition, elle triplerait ses effectifs selon TechCrunch.

Uber aurait déjà essayé de revendre sa division ATG auprès de plusieurs autres entreprises cette année, dont des constructeurs automobiles. Sa vente à Aurora pourrait être une porte de sortie "digne" pour l'entreprise de VTC, qui a dépensé des sommes colossales dans ces recherches, bien qu'elles aient subi un coup d'arrêt avec l'accident mortel survenu en mars 2018.

S'en est suivi une polémique sur la culture du risque au sein même de l'entreprise et de ses équipes chargées du développement de véhicules autonomes. Depuis, Uber n'a pas réussi à reprendre ses recherches et ses essais d'une façon lui permettant d'avancer convenablement. L'entreprise change donc de stratégie pour se concentrer sur ses activités principales de VTC et de livraison. On rappellera qu'un temps, cette recherche sur la conduite autonome était présentée comme la vision finale du business model d'Uber, "débarrassé" des chauffeurs et de la question de leur statut, qui lui pose problème partout dans le monde.

Un changement de stratégie conforté par le Covid-19
Ce changement de stratégie a été engagé par Uber après son introduction en bourse en mai 2019, sans oublier le procès d'Alphabet contre lui, et a été conforté par la pandémie de Covid-19 qui affecte très fortement son activité principale de VTC. Les investisseurs demandent désormais à l'entreprise de VTC de devenir rentable. Un souhait difficilement conciliable avec des dépenses en R&D plus élevées que les gains réalisés. Uber a rapporté en novembre que ses divisions ATG et "other technologies", qui comprend Uber Elevate, affichent des pertes nettes de 303 millions de dollars sur les neuf premiers mois de l'année, rappelle TechCrunch. L'entreprise chercherait d'ailleurs aussi à se séparer de cette division "mobilités aériennes".

Uber s'est déjà séparé de son activité, de très courte durée, de micro-mobilité. Il a cédé Jump (un service de trottinettes et vélos électriques en libre-service qu'il avait acquis en 2018) à Lime lors d'une participation à sa levée de fonds. De même, Uber a revendu la division européenne d'Uber Freight, une plateforme de mise en relation de routiers avec des entreprises souhaitant transporter des marchandises, tout en conservant ses activités en Amérique du Nord.

A l'inverse, Uber a déboursé plus de 2 milliards de dollars pour acquérir le spécialiste de la livraison de repas Postmates. L'activité de son service Uber Eats a fortement augmenté depuis le début de la pandémie de Covid-19. Uber entend capitaliser sur ces bons résultats et pense qu'ils vont perdurer. De même, l'entreprise aurait proposé 1 milliard d'euros à BMW et Daimler pour s'offrir leur service de VTC Free Now. Une acquisition qui renforcerait considérablement sa position en Europe et en Amérique Latine.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media