Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un nouveau défi pour le laboratoire Google X : inventer les batteries du futur

Le laboratoire Google X, centre de recherche secret du géant américain qui planche sur des technologies de rupture, s'empare d'un nouveau sujet : les batteries, selon le Wall Street Journal.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un nouveau défi pour le laboratoire Google X : inventer les batteries du futur
Un nouveau défi pour le laboratoire Google X : inventer les batteries du futur © Google

Les terminaux mobiles et objets connectés sont de plus en plus perfectionnés, mais restent limités par leur batterie à l'autonomie insuffisante. C'est ce facteur qui explique également que pour le moment, le véhicule électrique ne reste qu'un marché de niche, même si des pionniers comme Tesla font avancer la technologie.

Google est bien conscient qu'un monde du "tout connecté" passera par des batteries beaucoup plus performantes. Son laboratoire secret Google X s'est emparé du sujet, révèle le Wall Street Journal. Google cherche à créer une batterie innovante, ce qui pourrait aussi bien profiter à ses produits hardware (téléphones et tablettes de la gamme Nexus, par exemple) qu'à ses futures automobiles autonomes électriques. Le Wall Street Journal cite d'autres projets qui pourraient également bénéficier de ces travaux, comme ses lentilles de contact connectées pour diabétiques, les Google Glass et les ballons Loon chargés de connecter à Internet les territoires isolés.

un ancien d'apple à la tête de l'équipe

Pour l'heure, quatre personnes de l'équipe de Google X sont chargées de réfléchir sur le sujet, en cherchant à améliorer les batteries lithium-ion et à évaluer le potentiel des batteries à l'état solide. L'équipe, emmenée par le Dr. Ramesh Bhardwaj, un ancien d'Apple, travaille aussi bien sur la capacité, la taille et la souplesse des batteries, pour pouvoir les intégrer à des objets toujours plus petits ou à des terminaux flexibles.

Il y a quelques jours, des chercheurs de l'université de Stanford ont annoncé avoir mis au point, grâce à l'aluminium, une batterie moins chère, plus écologique, plus endurante et pliable qui pourrait permettre de recharger les smartphones en une minute. La petite équipe de Google chargée de plancher sur le sujet doit observer ces découvertes avec intérêt.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media