Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un plan pour sortir la réalité augmentée de la confidentialité

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le plan industriel sur la Réalité Augmentée prend forme. Son responsable, Vincent Marcatté d’Orange Labs, prévoit de remettre sa feuille de route au gouvernement en janvier 2014. Il dévoile ses pistes de réflexion pour développer les industriels français du secteur.

Un plan pour sortir la réalité augmentée de la confidentialité
Un plan pour sortir la réalité augmentée de la confidentialité © Flickr CC - Ted Eytan

"La réalité augmentée, ce n’est pas seulement les Google glass !". Pour Vincent Marcatté, directeur Open Innovation d’Orange Labs Recherche, et chef de projet du plan industriel sur ce thème, les technologies et les applications de la réalité augmentée (RA) sont encore largement méconnues. C’est pourquoi, dans la feuille de route qu’il remettra au début de cette année, des initiatives seront proposées pour faire connaître les possibilités de la RA (le mélange et l’interaction entre des données numériques et la réalité) aux décideurs dans tous les domaines concernés : industrie, santé, formation, transports, tourisme, défense… La création d’une plate-forme partagée permettrait par exemple de faire la démonstration des technologies et de susciter le développement d’applications.

Au-delà, l’objectif est un véritable plan d’actions concrètes, susceptibles de promouvoir l’émergence d’entreprises de taille suffisante pour être présentes sur le marché mondial. "Il y a au moins une centaine de sociétés françaises actives en RA, mais la plupart sont trop petites", souligne Vincent Marcatté.  Des groupes comme Dassault Systèmes et Orange peuvent jouer un rôle structurant, mais ne peuvent pas tout faire… Il faudrait donc faire émerger au moins une entreprise comme l’allemand Metaio, devenu un poids lourd du secteur.

Avec une équipe projet d’une dizaine d’acteurs, puis un cercle élargi de 50 à 60 industriels et chercheurs, le but est de définir des marchés prioritaires (ceux sur lesquels des entreprises françaises ont leurs chances), d’identifier les verrous (financiers, réglementaires, technologiques…), et de proposer des solutions pragmatiques. Par ailleurs, des liens sont noués avec d’autres plans industriels, sur le cloud computing, les objets connectés, les Big Data, sans oublier celui sur l’Usine du futur, pour des applications en conception, maintenance, et formation.

Thierry Lucas

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale