Une fin d'année marquée par de nouveaux licenciements dans la tech

Xiaomi va réduire ses effectifs de 10%, dans un contexte où les suppressions de postes se poursuivent dans tous les secteurs des technologies. Adobe, TuSimple, Airtable… Le point sur les dernières annonces.

Partager
Une fin d'année marquée par de nouveaux licenciements dans la tech

Ce mois de décembre, les annonces de suppressions de postes ont continué à agiter le secteur des nouvelles technologies. Ces derniers jours, c'est Xiaomi qui fait l'actualité. Le constructeur chinois de smartphones, de produits électroniques et d'électroménager, qui emploie 32 000 personnes au total, a décidé de réduire sa masse salariale d'environ 10% pour faire face à la chute des ventes de smartphones.

Au troisième trimestre, ses revenus issus de cette activité ont chuté de 11% sur un an, les volumes reculant de plus de 8%. Les résultats numéro trois mondial des smartphones, derrière Apple et Samsung, sont en recul depuis trois trimestres consécutifs. Son résultat net du troisième trimestre a chuté de 60%. Selon le Financial Times, trois cadres dirigeants s'apprêteraient à démissionner, dont son président et deux cofondateurs.

TuSimple se restructure

Autre grand nom ayant communiqué sur un plan de licenciement ce mois-ci, Adobe met un terme à sa collaboration avec une centaine de commerciaux. L'éditeur de logiciels, qui a racheté Figma pour 20 milliards de dollars en septembre, ne se trouve pas cependant dans une position inconfortable, réalisant une croissance de 10% au quatrième trimestre. Il s'agit plutôt d'un redéploiement, des recrutements étant prévus par ailleurs sur d'autres fonctions. L'entreprise emploie plus de 28 000 salariés dans le monde, à son échelle, on peut parler d'une petite réorganisation.

Chez TuSimple, le concepteur de poids-lourds autonomes, c'est une autre affaire. La restructuration porte sur 25% du personnel, soit 350 postes. L'entreprise envisage aussi de mettre fin à ses activités en Asie, et va se concentrer sur la R&D.

Fin de la super-croissance pour les start-up de paiement

Dans le logiciel, Airtable fait face lui aussi à une importante réorganisation. L'entreprise de San Francisco, qui fournit une solution "no code" de feuille de calcul et de base de données dans le cloud, va recentrer sa cible sur les grandes entreprises et se séparer de 20% de ses salariés, soit environ 250 personnes. Airtable a levé 735 millions de dollars il y a un an.

20% des effectifs, c'est aussi la proportion des licenciements au sein de la fintech de paiement Plaid, qui va supprimer 260 emplois. Une annonce qui intervient un mois après le plan de licenciement de plus d'un millier de salariés chez son concurrent Stripe.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS