Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cyberattaque : La Norvège accuse la Russie d'avoir ciblé son Parlement

La Norvège affirme que la Russie est à l'origine d'une campagne de cyberattaques qui a touché son Parlement début septembre. Ces accusations interviennent à un moment où les relations entre les deux pays sont de plus en plus tendues suite à une expulsion réciproque de diplomates.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cyberattaque : La Norvège accuse la Russie d'avoir ciblé son Parlement
Cyberattaque : La Norvège accuse la Russie d'avoir ciblé son Parlement © Stortinget/Flickr

Début septembre 2020, le Parlement norvégien (Stortinget) a été victime d'une campagne de cyberattaques visant son système de messagerie interne. Une enquête interne et une plainte avaient été ouvertes pour déterminer les auteurs de cet incident.

La Russie est accusée
La ministre des Affaires étrangères Eriksen Soreide vient de livrer une partie des conclusions : la Russie serait derrière cette attaque. "Sur la base des informations que le gouvernement détient, nous estimons que la Russie est derrière cette activité", a-t-elle déclaré dans un communiqué. "C’est un épisode sérieux, qui affecte notre institution démocratique la plus importante", a-t-elle poursuivi sans fournir davantage de détails.

Eriksen Soreide a déclaré que les services de sécurité et de renseignement norvégiens "coopéraient étroitement pour traiter cette affaire au niveau national". L'ambassade de Russie à Oslo a répondu que cette annonce était "inacceptable" car aucune preuve n'avait été présentée.

"Des millions de cyber-attaques sont commises chaque année depuis l'étranger contre les ressources Internet de l'Etat russe...mais cela ne nous donne pas le droit de blâmer indistinctement les autorités des pays de leur possible origine", a ajouté l'ambassade.

Les relations entre les deux pays sont tendues
Les accusations de la Norvège interviennent à un moment où les relations entre les deux pays sont de plus en plus tendues. En août, la Russie a annoncé l'expulsion d'un diplomate norvégien en réponse à celle d'un diplomate russe en Norvège sur fond d'affaire d'espionnage. La Norvège a également arrêté un ressortissant russe en 2018 qui était soupçonné de recueillir des informations sur le réseau parlementaire du pays. L'individu a ensuite été libéré faute de preuves.

De plus, dans un rapport publié en février dernier, les services norvégiens de renseignement intérieur (PST) ont averti que la Russie essayait d'alimenter la discorde dans le pays par le biais d'opérations dites d'influence, visant à affaiblir la confiance du public dans le gouvernement, les processus électoraux et les médias.

Les parlements, une source clé d'informations
Les parlements sont une source clé d'informations politiques et sont donc fréquemment visés par des campagnes de piratage. En juin dernier, l'Australie a annoncé qu'elle était la cible d'une campagne de cyberattaques provenant d'un acteur étatique, en l'occurrence la Chine. En janvier 2019, ce sont les données personnelles de centaines d'hommes politiques allemands, dont la chancelière Angela Merkel, qui avaient été volées et publiées en ligne.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media