Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'Union européenne sanctionne deux espions russes pour une cyberattaque contre le parlement allemand

Deux membres du GRU, agence de renseignement militaire russe, ont été sanctionnés par le Conseil de l'Union européenne pour leur rôle dans la cyberattaque de 2015 contre le Bundestag allemand. Ils ne peuvent plus rentrer dans l'UE et subissent un gel de leurs avoirs.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'Union européenne sanctionne deux espions russes pour une cyberattaque contre le parlement allemand
L'Union européenne sanctionne deux espions russes pour une cyberattaque contre le parlement allemand © Bundestag (site officiel)

Le Conseil de l'Union européenne a annoncé une série de sanctions prise à l'encontre de deux membres du renseignement russe, Dmitry Badin et Igor Kostyukov, pour leurs implications dans la cyberattaque qui a touché le parlement allemand en avril 2015. Ils sont membres du GRU, une agence de renseignement militaire russe.

Interdiction de voyager et gel des avoirs
Les sanctions consistent en une interdiction de voyager et un gel des avoirs. Il est par ailleurs interdit aux personnes et aux entités de l'UE de mettre des fonds à disposition des deux prévenus. Le GRU en tant qu'entité se voit également imposer un gel des avoirs.

La cyberattaque contre le Bundestag est survenu en avril et mai 2015. Son fonctionnement a été perturbé pendant plusieurs jours et une importante quantité de données avait été volée. Les messageries électroniques de plusieurs parlementaires, ainsi que de la chancelière Angela Merkel, avaient été affectées lors de l'incident de sécurité.

Ce n'est que la deuxième fois que l'Union européenne inflige de telles restrictions dans le cadre d'une accusation de cyberattaque. La première fois date de cet été lorsque le Conseil a pris une série de sanctions envers le GRU, une entreprise nord-coréenne et une société chinoise pour leur participation à d'importantes attaques informatiques.

Les outils cyberdiplomatiques sont insuffisants
Si le Conseil peut infliger des sanctions c'est grâce à l'adoption, en mai 2019, d'une "boîte à outils cyberdiplomatiques". L'objectif est de décourager et de contrer les cyberattaques qui constituent une menace pour l'UE et ses Etats membres.

Mais pour le commissaire européenne au marché intérieur Thierry Breton, ce n'est plus suffisant. Il appelle l'Europe à se doter d'une véritable capacité de "cyberdissuasion". "L'action de l'Europe en matière de cybersécurité va changer de dimension", préviennait-il dans une interview. Reste à convaincre les 26 Etats membres de modifier leur stratégie défensive actuelle.

Hasard du calendrier, six officiers du GRU ont été mis en examen aux Etats-Unis pour leur implication dans cinq cyberattaques, dont la fuite d'emails liés à la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron. "Aucun pays n'a armé ses capacités cybernétiques de manière aussi malveillante ou irresponsable que la Russie, causant ainsi des dommages sans précédent pour poursuivre de petits avantages tactiques", a déclaré le procureur général adjoint pour la sécurité nationale, John C. Demers, lors de l'acte d'accusation.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.