Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

PulseNmore, l’application israélienne pour réaliser une échographie à domicile

La start-up israélienne PulseNmore est sur le point de commercialiser un appareil à ultrasons portatif qui permettra aux femmes enceintes de contrôler la santé de leur bébé avec leur smartphone. Le dispositif doit aussi permettre aux hopitaux et cliniques de générer des économies en limitant le nombre de consultations causées par de fausses alertes. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

PulseNmore, l’application israélienne pour réaliser une échographie à domicile
PulseNmore, l’application israélienne pour réaliser une échographie à domicile © PulseNmore

Elazar Sonnenschein est un “serial inventeur”. Outre plusieurs trouvailles dans le domaine médical, cet ingénieur en électronique, détenteur d’un doctorat à l’université de Beer-Sheva, a conçu la plus petite caméra du monde. Sa précédente start-up, Medigus, a notamment commercialisé une caméra d’1mm de diamètre pour réaliser des endoscopies.

 

Née en 2013, l’idée de PulseNmore est en quelque sorte une commande de sa femme. “Une femme de ma famille était enceinte, un soir elle ne sentait plus son foetus. Angoissée, elle a alors appelé ma femme pour lui demander ce qu’elle devait faire”, raconte-t-il à L’Usine Digitale. “Ma femme m'a alors demandé conseil et je lui ai dit d'aller à l'hôpital avec elle. Le matin, la future maman a été libérée, c’était une fausse alerte comme dans 75% des cas. Ma femme m’a alors demandé si je ne pouvais pas faire quelque chose pour éviter ces moments difficiles et inutiles.” Un année plus tard PulseNmore était née.

 

 

 

 

Les données analysées à distance

Elazar Sonnenschein a créé un appareil à ultrasons qui se branche directement à un mobile. Posé sur son ventre, le dispositif permet à la future maman de regarder en direct son bébé comme pour n’importe quelle échographie. La technologie permet aussi de faire des relevés (poul du bébé, fréquence cardiaque, caractéristiques du liquide amniotique ou du placenta). 

 

Ces mesures sont instantanément envoyées sur un cloud, prêtes à être analysées. Le gynécologue peut alors consulter à distance toutes ces données et décider si une visite à l’hôpital est utile pour faire des examens complémentaires ou si la patiente peut rester tranquille chez elle. “Si une femme enceinte ne sent pas de mouvement, elle peut développer du stress, de l’anxiété. A raison parfois, parce que la première chose à faire selon les médecins est de surveiller les mouvements du bébé. Avec PulseNmore, la future maman peut être tranquillisée ou bien se rendre aux urgences si le médecin a un doute. En revanche, nous ne recommandons pas d’utiliser l’appareil cinq fois par jour ou même une fois par jour. Seulement quand c'est nécessaire”, explique l'entrepreneur.

 

Sur le marché américain en 2019

L’appareil devrait coûter 160 dollars. Il est au point et attend la certification américaine. “Notre but est de lancer le produit aux Etats-Unis d’ici la fin d’année ou en début d’année prochaine. Après on se penchera sur le marché européen”, confie Elazar Sonnenschein à L’Usine Digitale. Muet sur les investisseurs ou le montant du capital accumulé, le professeur explique qu’il travaille déjà avec plusieurs hôpitaux israéliens, américains mais aussi des compagnies de téléassistance et d’assurance. “Aux Etats-Unis, les fausses alertes coûtent 12,5 milliards de dollars par an au système. C’est beaucoup d'argent. Tout le monde est intéressé par l’idée de réaliser des économies substantielles”, note-t-il.

 

En moyenne, les femmes enceintes réalisent pendant leur grossesse entre huit et neuf échographies à l’hôpital ou en clinique, l’idée est donc de réduire cette moyenne. Grâce à cet appareil à ultrasons, “tout le monde est gagnant”, assure l’ingénieur israélien qui a déjà décliné son invention dans un autre domaine : celui de la cardiologie et plus spécifiquement de l’insuffisance cardiaque congestive. Habituellement, “les patients peuvent être hospitalisés une semaine afin de nettoyer leur poitrine congestionnée. Avec ce nouvel appareil, il est possible de les surveiller et de les alerter avant qu’on atteigne un seuil critique”, promet-il.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media