Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Foncia lance l'application MyFoncia, un outil digital au service du métier de syndic

Étude de cas Foncia a lancé le 18 juin dernier une nouvelle application au centre des relations entre les copropriétaires et leur syndic, et entre les propriétaires bailleurs, les locataires et leur gestionnaire. Baptisée MyFoncia, elle s'inscrit dans un vaste plan de modernisation lancé il y a deux ans. Les précisions de Philippe Salle, président du groupe Foncia.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Foncia lance l'application MyFoncia, un outil digital au service du métier de syndic
Foncia lance l'application MyFoncia, un outil digital au service du métier de syndic © myfoncia

"L’activité de syndic est très procédurière, et très consommatrice de papier", explique en préambule Philippe Salle, président du groupe Foncia, à L’Usine Digitale. En cause, des documents juridiques d’une centaine de pages, et comptabilisés à hauteur de 1,5 million d'exemplaires par an par Foncia… soit des centaines de millions de pages imprimées chaque année, qui sont envoyées en pli recommandé, et auxquelles s'ajoutent les appels de fonds. "C’est un sujet qui se prête totalement à l’informatisation", poursuit cet ingénieur qui a pris les rênes de l’entreprise immobilière en 2018.

D’où l’idée, née il y a deux ans, de développer en interne une application pour digitaliser les interactions utiles aux copropriétaires, propriétaires bailleurs et locataires. L'idée est de permettre plus de réactivité et de transparence. Philippe Salle la mandate dans le cadre d'un vaste chantier de modernisation des systèmes d’information.

2 ans de développement, 6 mois de tests
Concrètement, MyFoncia permet de consulter des comptes en temps réel, d’accéder à des documents comptables, d’interagir avec son gestionnaire, de suivre des paiements, de procéder au versement des loyers ou encore de faire du suivi des sinistres. Du côté des propriétaires bailleurs, elle a vocation à simplifier l’accès aux informations, attestant par exemple de la régularité du paiement de leurs loyers ou de la rigueur comptable dans la gestion de leurs biens, et participe à la sécurisation de leurs revenus fonciers. L’intégralité des services de l’application, disponible sur Android et iOS, est également accessible sur le web.

Deux ans ont donc été nécessaires pour développer l’application, afin de tracer l’ensemble des besoins utilisateurs et de s'assurer d'y répondre. Le service a été testé pendant 6 mois auprès de deux agences franciliennes à Montrouge et Boulogne. Des améliorations sont en cours, dont une nouvelle pagination des dépenses, avant un déploiement auprès des 350 agences nationales à partir du mois de septembre prochain. "Cela va permettre à Foncia de consacrer davantage de ses ressources humaines à la relation client pour renforcer la qualité de service, en complément des expertises juridique et comptable", se réjouit la société. 

40 millions d’euros investis sur le digital
Avec cette application, Foncia est le premier acteur du secteur à proposer une dématérialisation complète des métiers de l’administration de biens. Pour Philippe Salle, ce projet va également permettre de débloquer d’autres sujets, qui visent aussi à améliorer l’expérience client. La société, qui a investi 40 millions d’euros en près deux ans pour accélérer sa transformation, a mis en place une équipe dédiée de 70 développeurs, UX/UI designers, business intelligence analysts et 20 professionnels métiers (informatique, comptabilité et marketing) afin de créer un nouvel ERP.

Les projets en cours incluent la fusion pertinente des comptes utilisateurs, la centralisation des factures, le suivi automatisé des appels clients et l’accès aux documents depuis les domiciles des collaborateurs afin de poursuivre en partie les dispositifs de télétravail. "Nous voulons améliorer la réactivité des services", résume le dirigeant. 

Le spécialiste des services immobiliers résidentiels, qui compte une trentaine d’entités juridiques, ne s’arrête pas là, et recrute pour septembre un Chief Data Officer qui va prendre en charge trois chantiers s’inscrivant dans un plan de transformation global : le développement des objets connectés dans les immeubles pour connaître en temps réel les besoins de maintenance des équipements ; la collecte et l’exploitation de données des dépenses de 50 000 immeubles gérés ; et enfin l’automatisation par des outils de machine learning et d’OCR (optical character recognition) pour la lecture de documents.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.