Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La pépite française Easy Live lève 2,1 millions d'euros pour s'imposer dans la diffusion vidéo en temps réel

Levée de fonds Easy Live annonce avoir levé 2,1 millions d’euros auprès du fonds d'investissement Trust Esport ainsi que de Bpifrance. La start-up bordelaise, qui compte déjà le PSG et la plate-forme Twitch parmi ses clients, entend utiliser cette somme pour accélérer sa croissance et devenir un fleuron mondial des technologies de production et de distribution de contenus vidéo sur les créneaux du sport et du jeu en ligne.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La pépite française Easy Live lève 2,1 millions d'euros pour s'imposer dans la diffusion vidéo en temps réel
La pépite française Easy Live lève 2,1 millions d'euros pour s'imposer dans la diffusion vidéo en temps réel © Easy Live

Comment diffuser un événement en direct et apposer son propre habillage, sans pour autant disposer du matériel d’une chaîne de télévision ? Grâce à un modèle SaaS (software-as-a-service), la start-up Easy Live vend une solution qui permet de gérer des flux vidéo directement dans le cloud. Ce jeudi 10 octobre 2019, elle annonce une levée de fonds de 2,1 millions d’euros avec pour objectif de "devenir, à l’échelle mondiale, l'un des champions en matière de technologies de production et de distribution de contenus vidéos".

 

Une pépite française née en 2012

La jeune pousse n’en est pas à son coup d’essai. Créée en 2012 à Mérignac (Gironde), Easy Live a déjà bouclé un premier tour de table fin 2014 avec le soutien de deux fonds aquitains ainsi que de Bpifrance. Elle avait alors recueilli 800 000 euros, qui lui ont permis de recruter des ingénieurs pour développer sa solution, principalement axée sur les thématiques du sport et du jeu vidéo en ligne.

 

"Avec mes deux associés, nous avions d’abord monté une boîte de production. Nous nous sommes vite aperçus de la forte demande en matière de solutions de production de contenus en temps réel, notamment avec l’avènement du pari en ligne", souligne Philippe Laurent, son président-fondateur.

 

PERSONNALISER LES CONTENUS VIDéO

Dans les faits, la solution mise au point par Easy Live permet aux entreprises de personnaliser leurs contenus vidéo. Le Paris-Saint-Germain, club sportif avec lequel la start-up collabore depuis plusieurs années, utilise par exemple la technologie pour diffuser conférences de presse, entraînements ou autres points d’avant-match. "Leur caméraman peut se rendre n’importe où et utilise notre solution pour agréger les différents flux en temps réel, retransmettre l’événement et habiller l’image", explique Philippe Laurent.

 

Pour ses clients qui retransmettent des jeux vidéo en ligne, même logique. Twitch propose notamment des contenus en plusieurs langues. La solution d’Easy Live lui permet de dupliquer plusieurs studios virtuels. "La plate-forme sélectionne un commentateur pour chaque pays. Elle peut ainsi cibler l’ensemble de ses audiences à l’international", pointe le président.

 

 

RECRUTER POUR MIEUX ACCOMPAGNER

La jeune pousse, qui compte aujourd’hui dix salariés, doit effectuer quatre recrutements d’ici à la fin 2019. "Des commerciaux, d’abord, pour promouvoir notre solution en Amérique du Nord et dans la zone Euro", souligne Philippe Laurent. D’autres profils devraient aussi être recrutés l’année prochaine. Easy Live souhaite mieux accompagner ses clients dans l’élaboration de cas d’usage. Sa technologie, qui se veut pratique et économique, n’exploiterait pas encore toutes ses capacités. "On peut, à terme, imaginer d’automatiser le processus de production afin qu’il soit réalisé sans l’aide d’un opérateur", se projette le fondateur de la start-up. De quoi faire davantage de pédagogie et progresser ensemble.


Le souhait d’Easy Live reste, pour l’heure, d’"approfondir son expertise" dans les domaines du sport et du jeu vidéo. C’est la raison pour laquelle le fonds Trust Esport a décidé d’investir avec Bpifrance dans ce nouveau tour de table. Aujourd’hui, la jeune pousse dégage 60 % de ses revenus sur le marché français. Les 40 % restants étant largement issus du marché américain. Elle collabore majoritairement avec de gros comptes opérant à l’international. Pour poursuivre sa croissance, elle mettra l’accent sur l’expérience client. "Nous n’exploserons qu’à cette condition, estime Philippe Laurent. Nous croyons fort en notre solution. Ne pas mieux l’exposer reviendrait un peu à laisser une Formule 1 au garage."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media