Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les 50 de la Fintech : Lingua Custodia, pour traduire ses documents financiers en quelques clics

Lingua Custodia veut faciliter les traductions de textes financiers, souvent très techniques, grâce à ses logiciels linguistiques qui recensent déjà plus d'un milliard de mots.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les 50 de la Fintech : Lingua Custodia, pour traduire ses documents financiers en quelques clics
Les 50 de la Fintech : Lingua Custodia, pour traduire ses documents financiers en quelques clics © Lingua Custodia
Catégorie : Conseil
Date de création : Septembre 2011
Localisation : Montigny-le-Bretonneux (Ile-de-France)
Nombre d'employés : 4
Chiffre d'affaires 2014 : Non communiqué
Levées de fonds : 250 000 euros
Références clients : Non communiqué
Nombre de clients : 3 grands comptes
Traduire en un clic les documents financiers les plus abscons : c'est le service proposé par Lingua Custodia. Créée en 2011, la société a développé des logiciels de traduction automatique qui répertorient déjà plus d'un milliard de mots en anglais, français, allemand et italien. Une version qui limite les textes à traduire à 1500 signes, est disponible en accès gratuit.
 

Retour sur notre mur des 50 pépites françaises de la fintech

 

"Le but de cette solution est de soulager les équipes des institutions financières, chargées de produire ou de répondre à des appels d'offres en plusieurs langues, explique Massinissa Ahmim, directeur de la recherche qualité chez Custodia. Avec notre programme, elles pourront se concentrer davantage sur leur projet au lieu de perdre leur temps à traduire."
 
Grâce à son algorithme, Lingua Custodia peut créer un pont linguistique sur commande entre deux idiomes complexes comme l'allemand et le chinois, en trois semaines maximum. L'autre avantage du service est son tarif : la start-up souhaite facturer le mot à un centime d'euro. Un montant très faible par rapport au prix du marché : 20 centimes le mot environ.
 
Adrian de San Isidoro

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media