Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les banques japonaises veulent lancer une monnaie virtuelle pour les JO de Tokyo

Vu ailleurs Au Japon, un consortium de banques a décidé de créer sa propre monnaie virtuelle. Il espère faire diminuer le taux (particulièrement élevé) de transactions réalisées en espèces. On ne sait pas encore si cette monnaire électronique reposera sur la technologie de la blockchain.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les banques japonaises veulent lancer une monnaie virtuelle pour les JO de Tokyo
Les banques japonaises veulent lancer une monnaie virtuelle pour les JO de Tokyo © Flickr - Francisco Diez

Les banques japonaises travaillent à l'élaboration d'une monnaie virtuelle baptisée J-coin, rapporte le Financial Times. Les établissements visent un lancement officiel pour les Jeux olympiques d'été qui se dérouleront en 2020 à Tokyo. Le projet du consortium a recueilli le soutien de la banque centrale du Japon et du gendarme financier.

 

70% des transactions encore en "cash"

Actuellement, 70% de toutes les transactions effectuées dans le pays s'effectuent en espèces. Un pourcentage bien plus élevé que ceux observés dans les autres pays développés. Outres les coûts de maintenance importants, les transactions en espèces échappent aussi plus facilement aux mains des régulateurs. En Inde, par exemple, le gouvernement a décidé de forcer (et non sans heurts) le passage aux paiements mobiles en retirant brusquement du marché de nombreux billets pour limiter la corruption.

 

De son côté, le consortium japonais envisage d'établir cette monnaie électronique en parallèle du yen japonais, la devise locale. Elle sera associée à une application mobile et fonctionnera avec un système de QR code. Le J-Coin sera convertible en yen et sera proposé comme un service gratuit… Enfin presque ! En échange, les banques auront accès aux données d'utilisation de cette monnaie virtuelle.

 

L'adoption de la blockchain en discussion

Pour le moment, le consortium n'a pas encore décidé si le J-Coin reposera sur la technologie de la blockchain, qui permet une gestion décentralisée (donc moins coûteuse) et transparente des transactions.

 

Un des plus grands groupes bancaires du pays a, quant à lui, déjà sauté le pas. Mitsubishi UFJ Financial Group, teste en effet le MUFG coin, une cryptomonnaie basée sur la chaîne de blocs. Selon les informations du Financial Times, quelque 1600 employés du groupe l'utilisent d'ores et déjà pour régler des dépenses liées à leur travail. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale