Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Orange envisage de créer son propre système d'exploitation pour mobiles

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Pour Stéphane Richard, PDG d'Orange, les opérateurs doivent reprendre la main sur le marché des systèmes d'exploitation pour mobiles, de plus en plus dominé par Apple et Google. L'opérateur historique français envisage de s'allier à trois de ses homologues en Europe pour créer un nouveau système « indépendant » de ces deux géants.

Orange envisage de créer son propre système d'exploitation pour mobiles
Orange envisage de créer son propre système d'exploitation pour mobiles

Un de plus ? Après LiMo (une distribution Linux pour mobiles, soutenue par la LiMo Foundation), Meego (une autre distribution supportée par Nokia et Intel) et Bada (le système de Samsung Electronics), Orange, Vodafone, Telefonica et Deutsche Telekom pourraient s'unir prochainement pour développer conjointement leur propre système d'exploitation pour mobiles. Leur objectif : « réfléchir en commun à la création d'un système d'exploitation, qui est le cheval de Troie utilisé par les Google et autre Apple pour établir leur propre relation avec [les] clients » des opérateurs, a expliqué hier Stéphane Richard, PDG d'Orange, dans un entretien au Figaro.

Le PDG a précisé que les modalités de la collaboration entre les quatre opérateurs n'ont pas été définies pour l'instant (ils se réuniront à Paris le 8 octobre pour en discuter). Avant d'ajouter que cela pourrait prendre « diverses formes » : « une société commune, [une] petite usine à applications communes »...

S'imposer face à Android et iOS

Pourquoi réagir maintenant ? « A l'origine, Apple et Google ont joué le rôle de catalyseur avec iOs et Android », explique Frédéric Pujol, consultant à l'Idate. « Mais les opérateurs peuvent voir aujourd'hui que ces deux acteurs captent une bonne partie de la valeur et que leur rôle à eux se limite à la fourniture de connexion ».

Est-ce une bonne idée de développer un nouveau système d'exploitation ? « Chaque acteur est tenté d'avoir son propre système et ses propres plates-formes pour garder la main sur le contenu et tirer des revenus de la vente d'applications ou d'abonnements sur un marché en forte croissance », observe Yann Le Quinio, directeur associé de The App Lab, une société francilienne spécialisée dans le développement d'applications mobiles pour plusieurs plates-formes. « C'est ce qu'a fait Google, en fournissant le système d'exploitation Android sur lequel il propose ses applicatifs ».

Reste-t-il de la place ?

Pour autant, « il n'y a pas de place pour un nouveau système d'exploitation », estime l'entrepreneur François Bancilhon, qui travaille de son côté sur plusieurs projets liés aux smartphones (l'Initiative Services Mobiles, Data Publica et Geoblabla). « Le développeur d'applications pour mobiles va, assez logiquement, vers ceux qui ont trouvé de l'or et il se tourne donc souvent vers les deux systèmes qui ont le plus de succès. Même Microsoft et Nokia n'arrivent pas vraiment à se faire une place, et, apparemment, ce n'est pas non plus pour WebOS que HP a racheté Palm ».

Pour lui, « la vraie innovation » pour les opérateurs consisterait à « trouver des paradigmes alternatifs pour la distribution des logiciels, sans créer un nouvel OS [« operating system »]. Aujourd'hui, c'est l'éditeur qui contrôle la plate-forme qui contrôle la distribution. Or une plate-forme commune donnerait du pouvoir aux opérateurs et les aiderait à échapper à ce contrôle ». Pour Frédéric Pujol, elle leur offrirait aussi une chance de surmonter une difficulté majeure : « La multiplicité des systèmes, qui implique de redévelopper x fois chaque applicatif ». L'idée n'est pas nouvelle : elle a déjà conduit 24 opérateurs à s'associer début 2010 pour développer un « magasin commun » d'applications mobiles, plus ouvert que l'App Store d'Apple. Mais elle fait son chemin...

Christophe Dutheil

A lire aussi :
Orange préparerait une tablette sous Android à sa propre marque



 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale