Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Postelo, la plateforme de télé-expertise qui facilite les échanges entre professionnels de santé

La start-up Postelo, spécialisée en télé-expertise, vient d'être retenue par le Centre Hospitalier Intercommunal (CHIC) de Castres-Mazamet (31) pour déployer une plateforme sécurisée destinée à faciliter la coordination des soins entre les spécialistes de l’hôpital et les médecins libéraux tarnais.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Postelo, la plateforme de télé-expertise qui facilite les échanges entre professionnels de santé
Jean-François Schaff, co-fondateur et président de Postelo, Jean-Christophe Steinbach, directeur du système d'Information du CHIC Castres-Mazamet, et Vivien Bedos, co-fondateur et Directeur général de Postelo © Postelo

C'est un premier déploiement à grande échelle pour la plateforme de télé-expertise de santé développée par Postelo. La start-up, créée en février 2018, vient de signer un contrat avec le Centre Hospitalier Intercommunal (CHIC) de Castres-Mazamet, dans le Tarn. Une vitrine à la fois technologique et commerciale que la start-up compte bien mettre rapidement à profit. "Nous sommes en discussion avancée avec une trentaine d'hôpitaux du Sud de la France", confie Jean-François Schaff, président et co-fondateur de Postelo.


Un outil collaboratif pour favoriser la coordination de soins

Face à la désertification médicale dans les territoires ruraux, certains misent sur la télé-médecine. Postelo choisit une autre voie, celle de la télé-expertise. Pour améliorer la prise en charge des patients, l'idée est de faciliter les échanges entre professionnels de santé. Grâce à une plateforme sécurisée, la start-up permet aux médecins généralistes de solliciter à distance l'avis de spécialistes installés au sein du centre hospitalier.


Des échanges téléphoniques informels avaient déjà lieu, mais ils n'offraient aucune traçabilité et aucune rémunération. La plateforme conçue par Postelo formalise la relation entre médecins généralistes et spécialistes via un annuaire et une messagerie spécifiquement dédiés à ces activités de télé-expertise, quelque soit la spécialité requise. "L'objectif est de proposer un outil collaboratif pour favoriser la coordination de soins entre les professionnels, éviter des déplacements inutiles à certains patients, mais aussi identifier plus rapidement et mieux aiguiller ceux qui nécessitent une prise en charge par un spécialiste", insiste Jean-François Schaff.


Un premier projet dans l'Aveyron

A peine créée, la start-up a pu valider son concept, dès le printemps 2018, dans le cadre d'une première application en mode pilote auprès d'une petite équipe de soins primaires du Ségala, dans l'Aveyron, pour une mise en relation entre médecins et experts libéraux (kinésithérapeutes, infirmiers,...). Cette première application a valu à la start-up d'être primée il y a tout juste un an, lors de l'édition 2018 de l’Université d’été de la e-santé, à Castres et d'être repérée à cette occasion par les équipes du CHIC.


La nouvelle plateforme tarnaise démarre avec deux premiers services hospitaliers, la dermatologie et l'infectiologie, pour un premier pool de 6 médecins spécialisés. Dès la fin de l'été 2019, une vingtaine de spécialistes du CHIC seront concernés. En face, le projet cible en priorité la soixantaine de médecins généralistes libéraux du territoire intercommunal de Castres-Mazamet et plus largement tous ceux qui souhaitent adresser un cas au centre hospitalier intercommunal. La plateforme pourrait très vite être élargie à d'autres professionnels de santé. L’Agence Régionale de Santé Occitanie a été sollicitée et des EHPAD (Etablissements d'hébergement de personnes âgées dépendantes) et des maisons de santé du territoire devraient aussi être impliquées.


Basée à la fois à Pessac (Gironde), au sein de La Banquiz (accélérateur de start-ups open source) et à Rodez (Aveyron), où elle bénéficie de l'accompagnement de l'incubateur de la communauté d'agglomération, Postelo compte recruter une dizaine de personnes dans les deux ans à venir.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale