Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

VTC vs Taxi, Amazon vs libraire : une concurrence déloyale ? Vraiment ?

[MAJ le 13/02/2014] Pour contrer l'arrivée de nouveaux entrants sur des marchés très réglementés, le gouvernement tente de réglementer encore plus. Une lutte vaine car l'avantage concurrentiel des nouveaux entrants repose d'abord et avant tout sur le service rendu. Un message pas facile à entendre.
mis à jour le 13 février 2014 à 08H58
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

VTC vs Taxi, Amazon vs libraire : une concurrence déloyale ? Vraiment ?
VTC vs Taxi, Amazon vs libraire : une concurrence déloyale ? Vraiment ? © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Un nouveau marché ? Vite, une contrainte ! Taxi contre VTC, libraires contre Amazon, banque contre crowdfunding, les affaires se suivent et se ressemblent ! A chaque fois, le gouvernement et sa majorité relayent les craintes des acteurs en place, inventent de nouvelles barrières réglementaires à l'entrée pour brider le développement rapide des nouveaux entrants.

Cela donne des dispositifs généralement absurdes. Une loi sur le livre qui interdit la livraison gratuite des livres sauf si on les retire dans une enseigne physique. Une obligation de respecter 15 minutes d'attentes avant de prendre un client pour les voitures avec chauffeur (est-ce le nouveau quart d'heure français ?). Ou encore, une limitation des montants prêtés par les particuliers par le biais du crowdfunding (MAJ le 13/02/2014 : le gouvernement pourrait limiter les levées de fonds à 1 million d'euros). Toutes ces mesures sont évidemment prises au nom d'un principe que la France manie facilement : la concurrence déloyale.

De meilleurs services

Ce que n'ont pas compris nos dirigeants - mais sans doute très bien les lobbys des acteurs en place -, c'est que ces nouveaux entrants s'imposent parce qu'ils apportent un meilleur service. Les vraies questions, par exemple, pour la vente de livre n'est pas de savoir si Amazon respecte ou pas le prix unique du livre avec sa livraison gratuite. Non, ce qui serait intéressant, ce serait de comprendre pourquoi le géant du e-commerce arrive à livrer le jour même à Paris et le lendemain en région les ouvrages commandés alors qu'il faut attendre une semaine chez les libraires. De la même manière, si les VTC prospèrent, ce n'est pas parce qu'ils sont moins chers que les taxis mais bien parce qu'ils sont plus fiables et, aussi, il faut bien le dire plus souriants.

Le service rendu, la qualité de la prestation, son efficacité et sa fiabilité, voilà les avantages compétitifs qui rendent les nouveaux acteurs très concurrentiels face aux anciens. Et aucune barrière à l'entrée n'empêchera les entrepreneurs de faire ce en quoi ils excellent : entrer par la fenêtre !

Thibaut De Jaegher

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

3 commentaires

Philtcheng
15/02/2014 18h23 - Philtcheng

Les taxis parisiens un cas d'école: une situation monopolistique dans un marché où la demande est supérieure à l'offre; une organisation professionnelle qui prend les citoyens et ses clients en otage... comment scier la branche sur laquelle on assis La comparaison avec Amazon dont le champ d'activité dépassé largement celui de la librairie est néanmoins difficile

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Olaf de Hemmer
13/02/2014 10h03 - Olaf de Hemmer

Bonjour et bravo pour cette mise au clair ! La définition de business models plus compétitifs, basés sur les services mal rendus (assurer l'arrivée à l'heure au rendez-vous, sourire ...) et l'élimination des coûts inutiles (temps perdu à attendre les clients...), combiné à la mise en oeuvre des avantages déjà maîtrisés(flotte disponible, circulation réservée ...) est tout à fait accessible aux entreprises challengées par de nouveaux entrants ! Il 'suffit' d'utiliser les démarches qui permettent ce repérage : voir http://valeursetmanagement.com/

Répondre au commentaire | Signaler un abus

prodamark
12/02/2014 09h58 - prodamark

Les exemples de la mutation de notre économie foisonnent: blablacar versus le TGV, airbnb versus les hôtels - les nouveaux entrants sont là pour rester. Les anciens qui ont pendant des décennies profité d'une position dominante sans revoir leur proposition de valeur disparaissent les uns après les autres.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale