Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En cinq ans, la filière française des healthtech a doublé son chiffre d'affaires

Étude Les 2000 entreprises innovantes du secteur de la santé en France ont généré un chiffre d'affaires global de près de 800 millions d'euros en 2019, soit plus du double d'il y a cinq ans, d'après un panorama publié par France Biotech. Bien qu'affectée par la crise sanitaire au même titre que tous les autres secteurs, cette filière a su s'adapter en proposant de nouvelles solutions pour relever les défis posés par le Covid-19.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En cinq ans, la filière française des healthtech a doublé son chiffre d'affaires
En cinq ans, la filière française des healthtech a doublé son chiffre d'affaires © Pixabay/Rawpixel

Les entreprises innovantes dans le secteur de la santé, communément rassemblées dans la filière des healthtech, ont su s'adapter à la crise sanitaire liée au Covid-19 en développant de nouvelles solutions. C'est la conclusion qui ressort d'un panorama annuel présenté par France Biotech, l'association des entrepreneurs de l'innovation en santé, avec la participation de Bpifrance*.

2000 entreprises
L'écosystème des healthtech françaises se compose de plus de 2000 entreprises, dont 750 biotech, 1100 medtech et 200 start-up spécialisées dans l'e-santé. En 2019, elles ont généré un chiffre d'affaires global de près de 800 millions d'euros, soit plus du double d'il y a cinq ans. Ce qui représente un revenu moyen de 2,2 millions d'euros par entreprise. Ainsi, d'ici 2030, ces sociétés pourraient générer "un chiffre d'affaires annuel de 40 milliards d'euros", d'après Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l'Economie.

La R&D est au cœur de ces acteurs : 52 % des healthtech sont issues de travaux de recherche publique. De plus, elles consacrent plus de la moitié de leurs dépenses à la R&D. Concernant la protection de la propriété intelectuelle, elle intervient tôt dans le processus de création des produits et services. Ainsi, 53 % des entreprises de moins de 5 ans ont déposé au moins un brevet.

Une filière tournée vers les Etats-Unis
Au total depuis leur création, les healthtech ont déposé plus de 30 000 brevets, dont plus de la moitié en dehors de l'Europe. C'est donc une filière plutôt tournée vers l'international. A ce titre, les Etats-Unis, premier marché pharmaceutique mondial, est son premier marché. Environ une entreprise sur cinq possède une ou plusieurs filiales à l'étranger. Pour les medtech, cette proportion est plus importante (1/4).

Concernant les secteurs d'activité, les deux-tiers des entreprises développent des produits et des solutions thérapeutiques à visée humaine. Les dispositifs médicaux innovants arrivent en deuxième position, devant la bio-informatique et la thérapie animale. Au total, plus de 4000 innovations médicales sont en développement ou commercialisées, dont 1900 produits issus des biotechnologies, 2200 dispositifs médicaux et 400 produits dans la santé connectée.

Eradiquer une maladie, dépister rapidement…
Du côté des biotech, 35 % des produits ont pour finalité d'éradiquer une maladie et 26 % d'améliorer l'espérance de vie. Les medtech développent et commercialisent des produits qui ont majoritairement pour but de dépister de façon précoce une maladie. Pour les entreprises dans l'e-santé, c'est l'amélioration de la prise en charge qui est prioritaire.

Cette filière est également pourvoyeuse d'emploi. En 2020, elle représente 50 000 emplois directs et indirects. D'ici 2030, elle pourrait générer 130 000 emplois supplémentaires sur le territoire. Le secteur est également créateur d'emplois très qualifiés, en particulier en R&D. En 2021, 84 % des healthtech disent vouloir recruter de nouveaux collaborateurs, avec 5 emplois par entreprise en moyenne. Les postes les plus recherchés concernant la R&D, la production et les fonctions support.

Au cœur de la crise du Covid-19
Les entreprises spécialisées dans la santé ont été au cœur de la crise sanitaire, en particulier le secteur de la télémédecine qui a connu un essor sans précédent. Elles constituent également l'un des piliers du plan de relance : plus de 6 milliards sont investis dans les infrastructures médicales.

Dans le cadre du Ségur de la Santé, le gouvernement a également octroyé une enveloppe de 2 milliards d'euros au numérique en santé afin de "donner un coup d'accélérateur sans précédent pour rattraper le retard dans la modernisation, l'interopérabilité, la réversibilité, la convergence et la sécurité des systèmes d'information en santé".


* Le "Panorama France HealthTech 2020" est établi en partenariat avec Euronext, bourse paneuropéenne, EY, un cabinet de conseil, QBE, une compagnie d'assurance, avec le soutien du Réseau des pôles de compétitivité en santé.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media